Non-respect d’une mesure compensatoire associée à une modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation

Publié le 15/04/2022

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 avril 2022, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté concernant le non-respect d’une mesure compensatoire associée à une modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation (STE), lors de la requalification d’une intervention sur le circuit de ventilation du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) commun aux réacteurs 4 et 5 de la centrale nucléaire du Bugey.

Le système DVNa est le système de ventilation du BAN. Il permet de maintenir une qualité d’air à l’intérieur des locaux du BAN compatible avec le bon fonctionnement des équipements, l’accès du personnel ainsi que le confinement des installations en cas de situation accidentelle. L’extraction de l’air est assurée, en fonctionnement normal, par deux des trois ventilateurs d’extraction, le troisième étant en secours. L’air extrait est filtré et, en cas de présence de radioactivité dans le bâtiment, passe par des pièges à iode.

Le 22 mars 2022, EDF a déclaré à l’ASN une modification temporaire des STE visant à prolonger le délai de réparation prescrit en cas d’indisponibilité de la fonction d’extraction iode du système DVNa, en raison d’une pénurie nationale d’iode radioactif nécessaire à l’essai périodique d’efficacité des pièges à iode. Cette modification temporaire des STE est entrée en vigueur le 25 mars 2022 sur les réacteurs 4 et 5. Elle prévoit notamment une mesure compensatoire consistant à faire fonctionner en continu l’un des trois ventilateurs d’extraction du système DVNa.

Le 5 avril 2022, la requalification d’une intervention sur le système DVNa du BAN commun aux réacteurs 4 et 5 a nécessité la mise à l’arrêt d’un des deux ventilateurs d’extraction en service. Malgré la mesure compensatoire associée à la modification temporaire des STE imposant le fonctionnement en continu d’un des deux ventilateurs d’extraction, l’exploitant a décidé d’arrêter ce ventilateur. L’écart a été détecté quelques heures plus tard, lors de la relève entre l’équipe de conduite du matin et celle de l’après-midi.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, compte tenu du non-respect d’une mesure compensatoire associée à une modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.


 

Date de la dernière mise à jour : 15/04/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie