Non-respect d’une mesure compensatoire liée à une modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation

Publié le 29/07/2021

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 23 juillet 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect d’une mesure compensatoire liée à une modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation, lors de la réalisation de travaux sur l’une des deux voies du circuit de refroidissement du réacteur 4.

La source froide est composée de l’ensemble des équipements et des circuits permettant de prélever l’eau en mer pour contribuer au refroidissement des installations et à leur maintien dans un état sûr, en situation de fonctionnement normal comme en situation incidentelle et accidentelle. Deux voies redondantes alimentent en eau de mer les différents circuits.

Le 18 juillet 2021, le réacteur 4 de la centrale nucléaire de Gravelines est en arrêt pour maintenance et rechargement en combustible. Des travaux de maintenance sont réalisés sur le circuit de l’une des deux voies redondantes d’alimentation en eau de mer, la rendant indisponible. La seconde voie reste disponible. Les travaux devant durer au-delà des sept jours d’indisponibilité autorisés par les spécifications techniques d’exploitation (STE), une modification temporaire des STE avait été instruite pour autoriser l’allongement de la durée des travaux, moyennant le respect de mesures compensatoires. L’une de ces mesures prévoyait notamment qu’aucune activité ne soit entreprise simultanément sur les pompes de la voie redondante disponible.

Le 22 juillet 2021, lors de la réalisation d’un essai périodique visant à tester le circuit d’aspersion de secours de l’enceinte du bâtiment réacteur, les intervenants sont amenés à déconnecter une pompe faisant partie de la voie redondante disponible : la mesure compensatoire n’est plus respectée. Dès la détection de l’écart, au quart suivant, le chef d’exploitation demande la reconnexion de la pompe.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, en raison du non-respect d’une mesure compensatoire associée à une modification temporaire des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie