Non respect d’un délai de remise en service de matériels importants pour la sûreté

Publié le 13/04/2012

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 5 mars 2012, le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de production d’électricité de Chooz est à l’arrêt pour maintenance. L’exploitant a mis hors service une armoire électrique pour effectuer des opérations de maintenance, ce qui a conduit à couper l’une des deux voies d’alimentation électrique normale des matériels importants pour la sûreté (IPS) connectés. Cette opération est autorisée par les règles d’exploitation des réacteurs sous réserve de mettre en oeuvre plusieurs dispositions compensatoires et de remettre en service l’armoire électrique considérée en moins de 12 heures.

Lors de la remise en service de cette armoire, un court circuit a empêché sa réalimentation électrique dans le délai de 12 heures spécifié. Cet événement a conduit de fait à constater que le délai de remise en service des matériels connectés (une dizaine), défini par les règles d’exploitation en vigueur (moins d’une heure dés lors que plus de cinq matériels sont concernés) ne pouvait être assuré. Après intervention sur l’armoire électrique, ces matériels ont été réalimentés en une journée.

La redondance de l’alimentation électrique normale des systèmes IPS concernés n’a ainsi plus été assurée conformément aux spécifications définies par les règles d’exploitation des réacteurs. La deuxième voie électrique normale était en service et restait secourue par deux autres sources électriques disponibles (groupe diesel de secours et turbine à combustion).

Cet évènement n’a pas eu de conséquence directe sur la sûreté de l’installation. Toutefois, en raison du non respect des règles d’exploitation, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie