Non prise en compte du retour d'expérience ayant entraîné des écarts concernant les graisses utilisées sur du matériel important pour la sûreté

Publié le 10/12/2008

Centrale nucléaire de Golfech Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 25 novembre 2008, dans le cadre d'un contrôle de qualité, EDF a constaté que pour lubrifier plusieurs actionneurs de vannes du circuit de refroidissement à l'arrêt, une graisse différente de celle déjà présente dans ces actionneurs a été utilisée.

Le circuit de refroidissement à l'arrêt assure, lors des phases d'arrêt du réacteur, la circulation et un niveau d'eau minimal dans le circuit primaire, afin d'évacuer la chaleur résiduelle provenant des combustibles encore présents dans le coeur du réacteur. Il est constitué de deux voies redondantes. Lorsque le réacteur est en production, comme en ce moment, ce circuit n'est pas utilisé.

La quantité de graisse non conforme injectée est faible puisqu'elle est estimée pour chaque actionneur de vanne à environ 20 g sur une masse totale de 6,5 kg. Les investigations menées par EDF, en liaison avec les fabricants des lubrifiants, ont permis de conclure que la disponibilité des différents matériels n'est pas remise en cause. Un nettoyage complet des matériels concernés sera toutefois réalisé lors du prochain arrêt du réacteur.

Plusieurs événements significatifs pour la sûreté similaires ont déjà été identifiés sur les réacteurs nucléaires français, notamment un événement en mai 2001 qui concernait l'ensemble des réacteurs nucléaires, un évènement survenu le 27 octobre 2006 sur le réacteur n°1 de Golfech et un évènement survenu le 29 octobre 2008 sur le réacteur n°1 de Civaux.

Cet événement n'a pas eu de conséquence sur le personnel, sur l'environnement et sur la sûreté de l'installation. Toutefois, compte tenu de la non prise en compte du retour d'expérience des événements précédents, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

 

Pour en savoir plus :

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie