Non-conformité géométrique d’une pièce de ventilation

Publié le 20/09/2013

Usines de fabrication de combustibles nucléaires de Romans-sur-Isère Fabrication de substances radioactives - Framatome

La société AREVA FBFC a déclaré le 19 septembre 2013 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif relatif à la découverte d’un écart de conformité lié à la présence d’un caisson de ventilation dans son usine de fabrication de combustible située sur la commune de Romans-sur-Isère (Drôme).

Cet incident a concerné l’installation nucléaire de base dédiée à la fabrication d'éléments combustibles standards utilisés dans les réacteurs à eau sous pression. La matière nucléaire utilisée dans cette installation est de l'uranium enrichi à un taux maximal de 5%.L’usine est équipée de systèmes de ventilation pour confiner la poussière et les résidus de fabrication. L’accumulation de matière fissile dans les gaines de ventilation peut présenter un risque de criticité, c’est à dire le risque du démarrage d'une réaction nucléaire en chaîne lorsqu'une masse de matière trop importante est rassemblée.

Pour se prémunir de ce risque, le système de ventilation a été conçu de telle sorte que ses caractéristiques géométriques soient de « géométrie sûre », c’est-à-dire que la masse qui pourrait physiquement s’y accumuler reste toujours inférieure à la masse de matière qui conduirait à un risque de criticité. Le 18 septembre 2013, une visite de contrôle de l’absence d’accumulation de matière dans les ventilations a mis en évidence la présence d’un caisson de raccordement de la ventilation dont les dimensions ne sont pas conformes au référentiel de sûreté. AREVA FBFC a suspendu le fonctionnement de la ventilation concernée afin de vérifier la quantité de matière présente dans le caisson.

La quantité de matière retrouvée dans le caisson de raccordement est de 29,6 kg. Les premières vérifications conduites par l’exploitant montrent que le volume du caisson n’aurait pas permis d’accumuler plus du dixième de la masse de matière fissile qui aurait pu conduire à un accident de criticité.Cet événement n'a pas eu d'impact sur le personnel ou sur l'environnement.

L’exploitant devra procéder à la vérification de l’absence d’autre écart de conformité similaire avant la remise en service de la ventilation.En raison du dépassement d’une limite de sûreté relative à la prévention du risque de criticité, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des évènements nucléaires).

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie