Mauvais positionnement d'un groupe de grappes suite à un réglage inapproprié

Publié le 11/01/2008

Centrale nucléaire de Chinon B Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 9 décembre 2007 sur le réacteur n°2, une erreur de réglage d'un composant électronique  a entraîné le mauvais positionnement d'un groupe de grappes de contrôle de la réactivité du coeur.

Pour contrôler la réaction nucléaire dans le coeur du réacteur, l'exploitant dispose de deux moyens principaux :

  1. ajuster la concentration en bore dans l'eau du circuit primaire, le bore ayant la propriété d'absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire,
  2. introduire les grappes de commande dans le coeur ou les en retirer. Ces grappes de commande, rassemblées en groupes, contiennent des matériaux absorbant les neutrons. Leur position permet d'introduire plus ou moins d'anti-réactivité dans le coeur du réacteur.

En fonctionnement normal, la position de certaines grappes est régulée par un calculateur en fonction d'une consigne de puissance du réacteur. Il convient toutefois de maintenir certaines grappes à une hauteur suffisante, fixée par les spécifications techniques, pour que leur chute puisse étouffer efficacement la réaction nucléaire en cas d'arrêt automatique du réacteur. Cette disposition permet de garantir une « marge d'anti-réactivité » suffisante pour permettre l'arrêt automatique du réacteur.

Un composant électronique participant à l'élaboration du signal de consigne de puissance, lors de certaines phases d'exploitation, a été réglé de façon inappropriée. De ce fait, le calculateur déterminant la position des grappes a généré l'insertion d'un groupe de grappes dans une position non conforme aux spécifications techniques. Ce mauvais positionnement a diminué la marge d'anti-réactivité nécessaire lors d'un arrêt automatique du réacteur.

Une analyse des causes précises de l'événement est en cours. Toutefois, la marge d'anti-réactivité est toujours restée suffisante pour assurer un éventuel arrêt automatique du réacteur et garantir la sûreté de l'installation. Cet évènement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie