Maîtrise insuffisante de la concentration en bore lors d’une opération de redémarrage du réacteur n° 2 de Chooz

Publié le 26/08/2011

Centrale nucléaire de Chooz B Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 13 août 2011, alors que le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de production d’électricité de Chooz était en cours de redémarrage après un arrêt destiné à effectuer des essais de bon fonctionnement sur certains équipements, l’exploitant a procédé à une diminution trop rapide de la concentration en bore du circuit primaire principal.

Le circuit primaire principal est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression qui s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments de combustible. Le bore est un corps ayant la propriété d’absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire. Il est mélangé à l’eau du circuit primaire principal et permet de contrôler la réaction nucléaire.

Pour réaliser le redémarrage du réacteur, l’exploitant doit diminuer la concentration en bore dans le réacteur selon une procédure établie. Les opérateurs doivent pour cela procéder en plusieurs étapes, les spécifications techniques d'exploitation (STE) imposant pour chacune d’elles une valeur minimale de concentration en bore. Or, à la suite d’une erreur de transcription sur la procédure, l’exploitant a atteint dès la première étape une valeur de concentration en bore inférieure aux spécifications, valeur qui n’aurait due être atteinte qu’à l’issue d’une seconde phase de diminution de la concentration en bore.

Dès qu’il s’est aperçu de cette erreur l’exploitant a interrompu immédiatement les opérations de redémarrage.

Cet incident n'a pas eu de conséquence sur la sûreté de l'installation. Toutefois, en raison du non-respect des spécifications techniques d'exploitation, et d’un événement antérieur (2008) lié à un non-respect de la procédure de redémarrage, il a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie