Inhalation d'uranium lors de travaux de maintenance

Publié le 16/03/2006

Usine Georges Besse de séparation des isotopes de l'uranium par diffusion gazeuse Transformation de substances radioactives - Eurodif

Des contrôles systématiques réalisés le 9 février 2006, à la fin d'un chantier de maintenance sur des robinets d'isolement de l'usine Georges Besse, ont révélé des traces d'uranium dans les urines de dix intervenants, qui sont la conséquence de l'inhalation de faibles quantités d'uranium gazeux.

L'usine Georges Besse de Pierrelatte enrichit l'uranium par diffusion forcée d'hexafluorure d'uranium gazeux (UF6) à travers des membranes poreuses, au moyen de compresseurs.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a procédé à une inspection réactive, le 28 février 2006, qui a mis en évidence l'inadéquation des pratiques de radioprotection aux conditions de l'intervention sur les robinets.

Cet événement a entraîné une exposition interne évaluée à 3.4 µSv pour la personne la plus exposée, soit 1/6000ème de la limite annuelle réglementaire.

Compte tenu de la mise en oeuvre de pratiques de radioprotection inadaptées, l'Autorité de sûreté nucléaire a classé cet événement au niveau 0 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 0

Écart