Indisponibilité du circuit d'eau brute de secours

Publié le 31/03/2008

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 23 mars 2008, les agents de la centrale nucléaire de Paluel ont détecté des écarts sur des pompes remettant en cause le fonctionnement du circuit d'eau brute de secours (SEC). Cette situation a duré plus de 15 heures alors que la limite fixée par les règles générales d'exploitation (RGE) est fixée à 1 heure.

Les RGE sont un recueil de règles approuvées par l'Autorité de sûreté nucléaire, qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l'installation.

Le circuit d'eau brute de secours sert à refroidir avec de l'eau de mer un autre circuit, appelé circuit de refroidissement intermédiaire, qui assure le refroidissement des circuits et matériels importants pour la sûreté du réacteur. Ce circuit est un circuit dit « de sauvegarde », il est constitué de deux lignes redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs.

Le 23 mars 2008, EDF a détecté que trois pompes sur les quatre normalement en service sur le circuit SEC du réacteur n° 1 ne respectaient pas les critères définis par les RGE. Ce non-respect était dû au fait, que d'une part, une de ces pompes était en cours d'opération de maintenance, et que, d'autre part, la procédure de mise en service de la ligne redondante du circuit SEC n'a pas été respectée et ne permettait pas le fonctionnement de deux autres pompes. La limite autorisée par les RGE n'a pas été respectée pendant plus de 15 heures.

En raison du non-respect des règles générales d'exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie