Indisponibilité des systèmes d’injection de sécurité et d’aspersion de l’enceinte du réacteur n°B4

Publié le 30/04/2009

Centrale nucléaire de Chinon B Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le réacteur n°B4 du CNPE de Chinon est à l’arrêt pour maintenance et rechargement en combustible depuis le 23 mars 2009. Le 21 avril 2009, l’exploitant de la centrale nucléaire de Chinon a procédé au relevé des niveaux d’eau dans les puisards alimentant les systèmes d’injection de sécurité et d’aspersion de l’enceinte du réacteur n°B4. Les niveaux relevés se sont révélés inférieurs aux niveaux minima requis par les règles générales d’exploitation du réacteur.

Le circuit d’injection de sécurité (RIS) permet, en cas d’accident causant une brèche importante au niveau du circuit primaire du réacteur, d’introduire de l’eau borée sous pression dans celui-ci. Le but de cette manœuvre est d’étouffer la réaction nucléaire et d’assurer le refroidissement du cœur. Le circuit d’aspersion de l’enceinte (EAS) pulvérise, en cas d’accident, de l’eau contenant de la soude dans l’enceinte du réacteur. Son objectif est de conserver l’intégrité de l’enceinte du réacteur, en diminuant la pression et la température à l’intérieur, et d’éliminer l’iode radioactif présent sous forme gazeuse.

Dans un premier temps, ces deux systèmes de sauvegarde sont alimentés en eau par des réservoirs. Ils sont ensuite alimentés par des puisards qui récupèrent en bas de l’enceinte l’eau déjà injectée. Afin de permettre ce passage en recirculation, le niveau d’eau dans ces puisards doit être supérieur à un niveau minimal. Ce niveau, spécifié dans les règles générales d’exploitation du réacteur, permet en effet de s’assurer de la manœuvre de vannes participant à la réalimentation des systèmes d’injection de sécurité et d’aspersion de l’enceinte.

Lors d’un contrôle périodique effectué le 21 avril 2009 avant redivergence du réacteur, l’exploitant du CNPE a détecté que le niveau des puisards était depuis plusieurs semaines inférieur au minimum requis. Le bon fonctionnement des systèmes RIS et EAS en recirculation n’était de ce fait plus garanti. Le niveau d’eau dans les puisards a été immédiatement remis en conformité avec les règles générales d’exploitation.

Cet événement, qui n’a eu aucune conséquence réelle dans la mesure où ces deux systèmes de sauvegarde n’ont pas été sollicités, a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie