Indisponibilité des deux voies de l’ébulliomètre pendant près de 12 h.

Publié le 20/10/2011

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le réacteur n° 3 est à l’arrêt depuis le 10 septembre 2011 pour maintenance et rechargement du combustible. Le 9 octobre 2011, les deux voies de l’ébulliomètre sont restées indisponibles pendant 11 heures et 46 minutes contrairement aux dispositions prévues par les règles générales d’exploitation.

L’ébulliomètre est utilisé en situation accidentelle. Il permet de mesurer le niveau d’eau dans la cuve, ainsi que l’écart entre la température de l’eau dans la cuve et la température d’ébullition à pression constante. Le résultat de ces mesures est une aide à la conduite du réacteur. Les règles générales d’exploitation demandent la disponibilité des deux voies de l’ébulliomètre dès la fermeture effective de la cuve du réacteur.

Le 9 octobre 2011, le réacteur n°3 se trouve dans l'état "arrêt normal pour intervention (API)", en cours de redémarrage après un arrêt pour rechargement en combustible. Les opérations de fermeture de la cuve sont en cours. A l’issue de la fermeture de la cuve, l’ébulliomètre est toujours indisponible en raison de défauts signalés par des alarmes en salle de commande.

L’équipe de quart en charge de la conduite du réacteur a connaissance de ces alarmes mais ne considère pas que l’ébulliomètre doit être disponible. En effet, elle ne considère pas que les opérations menées sur la cuve signifient sa fermeture effective.

Dés détection de l’écart, presque douze heures après sa survenue, des agents sont intervenus pour rendre disponible les deux voies de l’ébulliomètre.

Du fait de l’absence de situation incidentelle pendant la durée d’indisponibilité de l’ébulliomètre ainsi que de l’existence de procédures de conduite qui prennent en compte cette indisponibilité, notamment dans l’état du réacteur considéré, cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur le personnel, sur l’environnement et sur la sûreté de l’installation. Toutefois, compte tenu de la détection tardive de l’indisponibilité de l’ébulliomètre, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie