Indisponibilité de l’isolement enceinte du bâtiment réacteur

Publié le 07/02/2011

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Electricité de France a reclassé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES un événement relatif à l’indisponibilité d’une vanne d’isolement de l’enceinte du réacteur de la centrale nucléaire du Blayais. Cette vanne se trouve sur le système de ventilation de balayage à l’arrêt (EBA).

Les vannes d’isolement de l’enceinte sont situées à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment réacteur.

Le système de ventilation de balayage à l’arrêt (EBA) assure, en période d’arrêt du réacteur, le maintien de conditions ambiantes acceptables pour le personnel, évacue la chaleur du système à l’arrêt et limite les rejets gazeux radioactifs vers l’extérieur. Ce système doit être en fonctionnement lors de l’ouverture du premier sas du bâtiment réacteur et doit être mis à l’arrêt lorsque le réacteur redémarre afin d’isoler l’enceinte du bâtiment réacteur. La fermeture des vannes extérieures du bâtiment réacteur est pilotée depuis la salle de commande, mais leur ouverture ne peut être réalisée que sur place. Il est également possible de bloquer physiquement la fermeture de ces vannes en plaçant une goupille qui empêche leur manœuvre.

Le 2 mai 2010, alors que le réacteur n° 1 de la centrale du Blayais était en cours de redémarrage, la vanne d’isolement de l’une des voies redondantes du circuit EBA a refusé de se fermer. Un agent de terrain envoyé sur place a constaté la présence de la goupille de verrouillage.

Après enquête, il s’est avéré que, lors de la réalisation d’un essai périodique sur le circuit EBA le 21 avril 2010, un agent de la conduite avait souhaité expliquer le fonctionnement atypique de cette vanne à un agent en cours de formation. L’agent formateur avait oublié de retirer la goupille après sa démonstration.

Cet événement n’a eu de conséquence réelle ni sur le personnel, ni sur l’environnement ni sur la sûreté de l’installation. Il avait été initialement déclaré à l’ASN le 3 mai 2010 au niveau 0 de l’échelle INES.

Lors de sa première analyse, l’exploitant avait surestimé la durée maximale d’indisponibilité de la fonction d’isolement enceinte autorisée par les règles générales d’exploitation (RGE) du réacteur en situation d’arrêt. Cette erreur a été détectée à l’occasion de l’analyse annuelle effectuée en janvier 2011 sur les événements significatifs de l’année 2010. Du fait du dépassement avéré du délai d’indisponibilité autorisé dans les règles générales d’exploitation du réacteur, cet événement a été reclassé par l’exploitant au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie