Indisponibilité d’une turbopompe de secours d’alimentation en eau des générateurs de vapeur

Publié le 19/06/2017

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 8 juin 2017, l'exploitant de la centrale nucléaire de Civaux a déclaré à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté portant sur l’indisponibilité d’une turbopompe permettant l’alimentation de secours des générateurs de vapeur du réacteur 1 en eau (turbopompe ASG).

Dans le cadre de l’arrêt pour maintenance du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Civaux, des activités de maintenance sont programmées sur les deux turbopompes ASG du réacteur 1. Afin de réaliser ces activités, l’exploitant doit débrancher les capteurs permettant la mesure de la vitesse des turbopompes ASG. Ces deux turbopompes, redondantes, sont situées sur des circuits distincts nommés voie A et voie B.

Le 24 mai 2017, des intervenants réalisent l’activité de maintenance normalement programmée sur la turbopompe ASG située en voie B et débranchent les capteurs de vitesse. Un intervenant débranche ensuite les capteurs de vitesse de la turbopompe ASG située en voie A, sans autorisation. Or les spécifications techniques d’exploitation de la centrale exigent qu’au moins une des deux turbopompes soit disponible dans cet état du réacteur, jusqu’au 26 mai 2017.

Le 29 mai 2017, lors d’un essai périodique visant à tester la turbopompe située en voie A, l’exploitant se rend compte que les capteurs ont été débranchés et les reconnecte immédiatement.

Les turbopompes ASG n’ont pas été sollicitées pendant la durée de l’écart, du 24 au 26 mai 2017. En cas de nécessité, la turbopompe ASG située en voie A aurait démarré correctement malgré l’indisponibilité des capteurs de vitesse. Par ailleurs, la protection mécanique de la turbopompe aurait permis de l’arrêter en cas de survitesse et d’empêcher sa dégradation.

L’événement n’a pas eu de conséquence réelle sur le personnel, l’environnement et la sûreté de l’installation.

Néanmoins, compte-tenu de la détection tardive de l’évènement et d’un défaut de culture de sûreté1, cet événement est classé au niveau 1 de l'échelle INES, qui en compte 7.

1. Conformément au manuel de l’utilisateur de l’échelle INES : « Transgression d’une procédure sans approbation préalable »

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie