Indisponibilité d’une pompe requise pour assurer l’étanchéité du circuit primaire du réacteur

Publié le 01/12/2009

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 15 novembre 2009, durant les opérations de redémarrage du réacteur n°2 après son arrêt pour rechargement, le fonctionnement anormal d’une pompe d’un circuit annexe du circuit primaire a été détecté. Cette pompe, qui avait fait l’objet d’une révision complète pendant l’arrêt, permet d’assurer le refroidissement des joints des pompes primaires et d’éviter ainsi la survenue de fuites du circuit primaire par ces joints.

Le circuit primaire est un circuit fermé contenant de l’eau sous-pression. Cette eau s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles puis cède sa chaleur à l’eau du circuit secondaire pour produire de la vapeur dans les générateurs de vapeur. L’eau du circuit primaire est mise en mouvement par quatre pompes dites « pompes primaires ». Au niveau des pompes primaires, l’étanchéité du circuit primaire est garantie par des joints qui sont refroidis grâce à une injection d’eau réalisée par un circuit annexe.

Après une révision complète, la pompe qui assure le refroidissement des joints des pompes primaires doit être requalifiée pour s'assurer de son bon fonctionnement et être considérée comme disponible du point de vue de la sûreté. Lors de la dernière étape de la procédure de requalification, un dysfonctionnement de la pompe a été détecté, à un moment où la pompe aurait déjà du être disponible. Dès la détection de l’écart, l’exploitant a corrigé le dysfonctionnement de la pompe.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, cet événement ayant entraîné un non-respect des règles générales d’exploitation, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie