Impossibilité de manoeuvrer, à partir de sa commande pneumatique, une vanne d'isolement de l'enceinte de confinement du bâtiment réacteur

Publié le 04/04/2006

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 25 mars 2006, lors de la réalisation des essais de manoeuvrabilité des vannes à partir du panneau de repli, avant redémarrage du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly suite à l'arrêt pour maintenance et rechargement en combustible, l'exploitant a découvert l'impossibilité de manoeuvrer, à partir de sa commande pneumatique, une vanne d'isolement de l'enceinte de confinement du bâtiment réacteur.

Chaque tuyauterie sortant de l'enceinte de confinement comporte des vannes d'isolement, situées à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment réacteur. Ces organes d'isolement ont pour rôle, au même titre que l'enceinte en béton, de confiner à l'intérieur du bâtiment réacteur les substances radioactives qui seraient libérées en cas d'accident.

Après analyse, l'exploitant a mis en évidence un mauvais réglage au point neutre de la commande manuelle de la vanne, réalisé le 16 mars 2006, et l'absence de contrôle de sa manoeuvrabilité après intervention. L'indisponibilité a duré au total 9 jours.

En raison des lacunes identifiées dans la culture de sûreté, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie