Identification tardive de l'inétanchéité sur une vanne du circuit d'injection de sécurité du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire du Blayais

Publié le 25/02/2014

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Une inétanchéité sur une vanne du circuit d'injection de sécurité du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire du Blayais a été mise en évidence tardivement.

Le circuit d'injection de sécurité permet, en cas d’accident, d’introduire de l’eau borée dans le circuit primaire du réacteur afin d’étouffer la réaction nucléaire et d’assurer le refroidissement du cœur. Lors de la visite décennale, une activité de maintenance a été réalisée sur l’une des vannes de ce circuit.

Le réacteur n° 2 de la centrale du Blayais était à l’arrêt depuis le 24 août 2013 pour visite décennale. Dans le cadre des opérations de redémarrage, ce réacteur était refroidi depuis le 21 janvier 2014 par les générateurs de vapeur. Cette situation implique qu’un certain nombre de matériels doit être disponible afin d’assurer la maîtrise de la réaction nucléaire et le refroidissement du combustible en cas d’accident. Le 27 janvier 2014 à 1h09, un essai de bon fonctionnement d’une vanne du circuit d’injection de sécurité a mis en évidence une inétanchéité interne. Cette inétanchéité serait liée à une mauvaise réalisation de l’opération de maintenance au cours de la visite décennale.  

Or cet organe fait partie des matériels qui devaient être disponibles depuis le 21 janvier 2014. Avant cette échéance, la vanne aurait dû faire l’objet d’un contrôle complet de bon fonctionnement afin d’assurer sa pleine opérabilité après l’intervention de maintenance. Les vérifications réalisées à cette occasion étaient partielles et n’ont pas permis de détecter ce défaut.

La vanne a été réparée le 27 janvier 2014.

Du fait du bon fonctionnement de la deuxième vanne identique qui pouvait assurer seule la fonction d’injection de sécurité, cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur le personnel, sur l’environnement et l’installation. Toutefois, compte tenu de la détection tardive de l’écart, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie