Fuite sur un réseau de collecte d'effluents

Publié le 13/12/2001

Centre de stockage de la Manche (CSM) Stokage de substance radioactives - Andra

Dans le cadre de la surveillance du Centre de stockage de la Manche, exploité par l'ANDRA, plusieurs fuites localisées sur un des réseaux de drainage des eaux du site ont été détectées à la suite d'un contrôle effectué les 8 et 12 novembre. Le volume d'eau dispersée est estimé à quelques centaines de litres.

Le centre de stockage est équipé de plusieurs réseaux permettant de recueillir les effluents en fonction de leur provenance et de leurs caractéristiques radiologiques. En particulier, les eaux ayant été en contact avec les colis de déchets sont collectées à la base des ouvrages de stockage dans un réseau spécifique, dit " séparatif ". Un second réseau, dit " profond ", est situé à un niveau inférieur par rapport au réseau séparatif. Il a pour rôle de drainer les eaux sous le centre.

Le plan de surveillance du Centre de stockage de la Manche prévoit, de façon périodique, le contrôle visuel des différents réseaux de collecte.

Les 8 et 12 novembre, à la suite d'un de ces contrôles, l'exploitant a constaté que six tronçons de raccordement au collecteur principal du réseau séparatif présentaient des fuites. Ces fuites ont provoqué un écoulement d'eau sur le sol de la galerie contenant ce réseau. Sur la base des débits observés au niveau des fuites identifiées, l'ANDRA estime que le volume d'effluents dispersé est de quelques centaines de litres.

Les éléments du réseau de collecte présentant des fuites ont été réparés. L'ANDRA a par ailleurs engagé une expertise sur l'ensemble des collecteurs et a augmenté la fréquence des contrôles d'étanchéité. Cet événement est à rapprocher des fuites déjà observées sur le réseau de collecte principal en 2000, collecteur qui date d'une vingtaine d'années et pour lequel l'ANDRA a également prévu d'engager d'importants travaux de remise en état.

Les analyses réalisées sur des prélèvements d'eau de la nappe à proximité des tronçons affectés n'ont pas révélé de contamination radiologique associée à cet événement. Par ailleurs, les analyses radiologiques des effluents collectés dans le réseau profond laissent supposer que ce réseau a récupéré une partie des eaux dispersées. Des observations complémentaires sont en cours pour vérifier cette hypothèse.

Cet incident n'a pas eu de conséquences significatives sur l'environnement ni sur la santé des travailleurs ou du public. Il a toutefois été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) en raison de la dégradation de l'une des trois barrières de confinement.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie