Ecart de conformité sur les dispositifs de maintien des relais électromagnétiques sur leur embase

Publié le 22/10/2009

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 6 octobre 2009, l'exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines a proposé à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le reclassement au niveau 1 d’un événement significatif pour la sûreté portant sur une anomalie de maintien de plusieurs relais électromagnétiques des armoires de contrôle-commande et des tableaux électriques installés sur les 6 réacteurs de la centrale.

Les armoires de contrôle-commande permettent de piloter les différents systèmes nécessaires à la sûreté des réacteurs. Les tableaux électriques participent quant à eux à l'alimentation des réacteurs en énergie électrique. Ces armoires et tableaux contiennent des relais électromagnétiques qui permettent la commutation de liaisons électriques.

La centrale nucléaire de Gravelines a engagé en 2009 une campagne de contrôle des dispositifs de maintien de ces relais. A ce jour, les vérifications sont terminées sur les réacteurs 1, 4 et 5 et se poursuivront jusqu’en mai 2010 sur les trois autres. Ces anomalies peuvent avoir pour conséquence, en cas de séisme important, le débranchement de certains relais électromagnétiques des armoires de contrôle-commande et des tableaux électriques. Chaque anomalie est réparée selon les possibilités techniques et en fonction de ses conséquences pour la sûreté dès sa découverte ou à l’arrêt de réacteur suivant.

Une nouvelle analyse approfondie de ces anomalies a montré que pour le réacteur n°5, on ne pouvait pas garantir, en cas de séisme, la manoeuvrabilité de deux vannes du circuit d’injection de sécurité. Ce circuit permet notamment, en cas de fuite importante du circuit primaire du réacteur, d’introduire de l’eau dans celui-ci afin d’assurer le refroidissement du coeur. En cas de séisme, le refroidissement du cœur aurait pu être moins efficace que ce qui est prévu. Toutes les anomalies à l’origine de cet écart ont été corrigées.

Cet événement n’a eu de conséquence ni sur le personnel ni sur l’environnement.

 Cet événement initialement classé au niveau 0 a par conséquent été reclassé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie