Dispositif expérimental SISSI Rejet d'eaux faiblement radioactives dans les égouts

Publié le 14/06/2004

Grand accélérateur national d'ions lourds (GANIL) Accélérateur de particules - G.I.E. Ganil

Le 2 juin 2004, au grand accélérateur national d'ions lourds (GANIL) de Caen, une fuite sur un circuit d'eau de refroidissement a entraîné le rejet d'environ 1,7 m3 d'eaux faiblement radioactives dans les égouts.

Le GANIL est un laboratoire de recherche en physique nucléaire. Il contient des équipements lourds, destinés à produire et à accélérer des faisceaux de particules, puis à étudier les collisions entre ces particules et des échantillons de matière. Au sein du laboratoire, le dispositif expérimental SISSI* permet de produire et de récupérer, de manière plus efficace, les « ions exotiques » créés lors de telles collisions. Il est situé dans une enceinte sous vide, dont certains éléments sont refroidis par un circuit d'eau.

Le 2 juin 2004 vers 6 heures du matin, les opérateurs du GANIL ont détecté une baisse anormale du niveau d'eau dans le circuit de refroidissement de SISSI. S'étant rendus sur place, ils ont constaté une fuite et isolé le circuit défaillant. L'eau déversée dans la salle avait été contaminée par des particules radioactives, dans la chambre à vide de SISSI. Elle s'est écoulée dans les puisards du sol et a rejoint les égouts. Le volume d'eau ainsi rejeté avoisine 1,7 m3. Au vu des analyses du GANIL, elle présentait une radioactivité de l'ordre de 30 becquerels par litre (Bq/l), due pour l'essentiel à la présence de sodium 22 et de manganèse 52.

Informée de l'incident le 3 juin, l'Autorité de sûreté nucléaire a mené une inspection au GANIL le 4 juin. Il est apparu que les opérateurs confrontés à l'incident ont correctement appliqué les procédures. Cependant, l'exploitant du GANIL doit approfondir l'analyse de l'événement et prendre les mesures nécessaires pour en éviter le renouvellement.

Cet incident n'a pas eu de conséquences significatives, ni pour la santé des personnes, ni pour l'environnement. Cependant, il a entraîné le rejet d'eaux faiblement radioactives en dehors de l'établissement. Dans l'attente du résultat d'investigations complémentaires, il est provisoirement classé au niveau 0 de l'échelle INES.

* Source d'Ions Secondaires à Supraconducteurs Intenses.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 0

Écart