Disjoncteurs d'arrêt automatique laissés en service après des essais non satisfaisants

Publié le 19/06/2001

Centrale nucléaire de Cattenom Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 14 janvier et le 13 octobre 2000 sur le réacteur 1, le 14 octobre sur le réacteur 3 du Centre nucléaire de production d'électricité de Cattenom, des disjoncteurs d'arrêt automatique ont été laissés en service après essai périodique, respectivement jusqu'au 18 octobre sur le réacteur 1 et jusqu'au 20 octobre sur le réacteur 3, alors que les essais avaient mis en évidence un refus d'ouverture à la première sollicitation.

Les disjoncteurs d'arrêt automatique commandent la chute immédiate des grappes de commandes dans le coeur du réacteur, ce qui permet d'étouffer la réaction nucléaire en cas d'arrêt automatique. Chaque réacteur dispose de huit disjoncteurs répartis sur deux voies distinctes.

Les essais périodiques réalisés sur les disjoncteurs d'arrêt automatique ont pour objectif de vérifier leur bon fonctionnement : ouverture effective du disjoncteur et temps d'ouverture suffisamment court. Le retour d'expérience acquis par l'industriel sur ce type de matériel a mis en évidence des problèmes mécaniques qui demandent une vigilance accrue lors des essais. Plusieurs essais réalisés sur les réacteurs 1 et 3 se sont soldés par un refus d'ouverture à la première sollicitation. Les sollicitations suivantes étant concluantes, l'industriel a considéré que ces disjoncteurs pouvaient être laissés en fonctionnement normal en attendant de procéder à leur expertise.

Cette attitude inappropriée a été relevée par l'Autorité de sûreté nucléaire au cours d'une inspection réalisée le 25 avril 2001 sur le thème "protection et interrupteurs d'arrêt d'urgence". Cet incident a alors été déclaré au niveau 0 de l'échelle internationale INES par EDF. Le 19 juin, l'Autorité de sûreté nucléaire a reclassé cet événement au niveau 1, considérant que la répétition des interprétations erronées des résultats d'essais relevait d'un défaut de culture de sûreté.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie