Détection tardive de la position ouverte de deux vannes d’isolement du système de surveillance de l’atmosphère de l’enceinte de confinement du réacteur 2

Publié le 02/08/2021

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 juillet 2021, l’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de la position non conforme de deux vannes d’isolement de capteurs de pression du système de surveillance de l’atmosphère de l’enceinte de confinement du réacteur 2.

L’enceinte de confinement est un bâtiment en béton, à l’intérieur duquel se trouve notamment la cuve qui contient le combustible nucléaire. Elle constitue la dernière des trois barrières entre les produits radioactifs contenus dans le cœur du réacteur et l’environnement (la première barrière étant constituée par la gaine du combustible, la deuxième étant constituée par l’enveloppe du circuit primaire principal). L’enceinte de confinement est dotée d’un système (SEXTEN) qui permet de suivre en permanence son étanchéité en situation normale de fonctionnement.

Le 26 juin 2021, le réacteur 2 était en phase de redémarrage à la suite de son arrêt pour maintenance et rechargement du combustible, jusqu’à se trouver en phase de production à partir du 4 juillet 2021. Du 26 juin 2021 au 1er juillet 2021, le système automatique SEXTEN de ce réacteur était dans une phase d’initialisation durant laquelle la mesure du débit de fuite de l’enceinte n’est pas exploitable. A partir du 1er juillet 2021, les valeurs de débit de fuite lues par l’exploitant se sont révélées supérieures aux valeurs maximales autorisées par les règles générales d’exploitation. L’exploitant a alors estimé que ces données n’étaient pas encore représentatives, en considérant que la phase d’initialisation se poursuivait, et a calculé le débit de fuite de l’enceinte de confinement de façon manuelle, sans mettre en évidence d’anomalie.

Des investigations concernant les valeurs élevées de débit de fuite mesurées par le système automatique SEXTEN ont été menées jusqu’au 11 juillet 2021, en se concentrant sur un dysfonctionnement probable de ce dispositif. Le 12 juillet 2021 l’exploitant a considéré que le système automatique SEXTEN fonctionnait correctement. Dès lors, l’exploitant a réorienté sa réflexion pour rechercher l’origine réelle  de la valeur élevée du débit de fuite.

Le 13 juillet 2021, l’exploitant a détecté que deux vannes d’isolement de capteurs de pression du système de surveillance de l’atmosphère de l’enceinte étaient en position ouverte, non conforme, contribuant à augmenter le flux d’air s’échappant de l’enceinte de confinement.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, compte tenu de la dégradation de la défense en profondeur de la troisième barrière de confinement, du non-respect des règles générales d’exploitation et en raison de sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Le 13 juillet, sitôt l’anomalie détectée, l’exploitant a procédé à la fermeture des vannes concernées, permettant de retrouver une étanchéité conforme.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie