Détection tardive de l’indisponibilité partielle de la fonction de recirculation du circuit d’injection de sécurité du réacteur 1

Publié le 21/03/2022

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 8 mars 2022, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de l’indisponibilité partielle de la fonction de recirculation du circuit d’injection de sécurité du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Gravelines.

 

Le circuit d’injection de sécurité (RIS) permet, en cas d'accident causant une brèche importante au niveau du circuit primaire du réacteur, d'introduire de l'eau borée sous pression dans celui-ci. Le but de cette manœuvre est d'étouffer la réaction nucléaire et d'assurer le refroidissement du cœur. Ce système de sauvegarde est alimenté en eau par des réservoirs. Afin de maximiser le volume d’eau disponible, un système de recirculation permet de réutiliser l’eau injectée. Ce système dispose de deux voies redondantes.

Dans le cadre de la quatrième visite décennale du réacteur 1, un nouveau panneau de signalisation et de commande est installé en salle de commande. Ce panneau permet de commander des équipements conçus pour la gestion d’un événement naturel extrême de type séisme ou inondation.

Le 9 février 2022, à l’issue des essais de bon fonctionnement des nouvelles commandes, l’un des commutateurs a été laissé en position inhibée. Cette position empêche l’ouverture d’une vanne d’une des voies du système de recirculation de l’eau déjà injectée. Or, à compter du 1er mars 2022, cette voie devait être disponible compte-tenu des procédures de redémarrage en cours. La mauvaise position du commutateur a été découverte le 4 mars 2022.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur. En raison de l’indisponibilité de l’équipement concerné, associée à sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Dès la découverte de cette erreur, EDF a corrigé la position du commutateur restaurant ainsi la fonction de recirculation du circuit d’injection de sécurité.

Date de la dernière mise à jour : 21/03/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie