Détection tardive de l’indisponibilité partielle d’une fonction de surveillance du cœur du réacteur

Publié le 10/01/2022

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 31 décembre 2021, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté, relatif au non-respect de la conduite à tenir à la suite de l’indisponibilité partielle d’une fonction de surveillance de déséquilibre azimutal de puissance sur le réacteur 1.

Sur un réacteur à eau sous pression, la réaction nucléaire au sein du cœur est surveillée par :

  • un premier système de mesure, appelé RPN, constitué de quatre capteurs de mesure situés autour de la cuve, qui permet de connaître en continu le niveau et la distribution de puissance le long des assemblages de combustible et autour du cœur ;
  • un deuxième système de mesure interne, appelé RIC, qui permet de mesurer de façon plus précise la répartition de la puissance par insertion temporaire dans le cœur du réacteur de capteurs mobiles à l’intérieur de canaux prévus à cet effet.

En fonctionnement normal, si la surveillance par le système RPN de l’équilibre azimutal (la répartition homogène de la réaction nucléaire) est partiellement indisponible, les spécifications techniques d’exploitation (STE) imposent que cette répartition soit vérifiée au moins une fois par heure avec le système RIC.

Lors de l’apparition d’une alarme en lien avec le système RPN, le 27 décembre 2021, EDF a réalisé un premier diagnostic qui n’a pas identifié l’indisponibilité partielle de la fonction de surveillance de l’équilibre azimutal. A l’issue du remplacement d’une carte électronique du système RPN, le 28 décembre 2021, dans le cadre d’une autre intervention, un technicien a constaté l’existence d’un voyant d’anomalie.

L’analyse conduite de cette anomalie, avec l’appui du fabricant, a mis en évidence le 29 décembre 2021 que la surveillance de l’équilibre azimutal par le système RPN était remise en cause par l’anomalie. EDF a alors engagé les mesures compensatoires prescrites par les STE, avec le système RIC, jusqu’au remplacement de la carte électronique défaillante, réalisé le 30 décembre 2021 matin, permettant ainsi le retour à une situation normale.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, entre le 27 et le 29 décembre 2021, requérant l’utilisation du système RIC durant l’indisponibilité de la fonction de surveillance de déséquilibre azimutal du système RPN, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 11/01/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie