Détection tardive de l’indisponibilité du système de ventilation du bâtiment réacteur

Publié le 23/03/2022

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 21 mars 2022, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à la découverte, lors de la réalisation d’un contrôle périodique, d’un défaut affectant un appareil de mesure de la radioactivité du système de ventilation de balayage du bâtiment réacteur (EBA) du réacteur 4.

Le circuit de ventilation EBA permet, lors des arrêts de réacteur, de renouveler l'air du bâtiment réacteur afin de protéger les intervenants présents. En cas de présence de radioactivité dans l’air du bâtiment réacteur, le circuit EBA est automatiquement fermé afin d’éviter tout rejet gazeux dans l’environnement. Le bon fonctionnement de la chaîne de mesure de la radioactivité du circuit EBA est donc requis par les règles générales d’exploitation (RGE) du réacteur.

Le 4 novembre 2021, alors que le réacteur 4 était en fonctionnement, la chaîne de mesure de la radioactivité du circuit EBA a été remplacée. Pour réaliser les essais de requalification à l’issue de ce remplacement, la chaîne de mesure a été déconnecté du circuit.

Le 16 mars 2022, les opérations de maintenance du réacteur 4 étaient en cours et le réacteur était alors complétement déchargé de son combustible. Lors d’un contrôle périodique, EDF a détecté que la chaîne de mesure de la radioactivité du circuit EBA n’était pas configurée sur ce circuit, depuis la requalification réalisée le 4 novembre 2021.

La chaîne de mesure de radioactivité concernée a été remise en conformité.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, en cas d’élévation de radioactivité dans l’air du bâtiment réacteur, durant les opérations de mise à l’arrêt et de déchargement du réacteur 4, réalisées en février 2022, cette anomalie aurait entrainé un retard dans la fermeture du circuit EBA et un risque de transfert de la radioactivité vers l’extérieur du bâtiment réacteur. Toutefois, la détection d’une activité élevée dans le bâtiment réacteur aurait provoqué l’apparition d'une alarme en salle de commande. Un opérateur aurait pu ainsi actionner manuellement le dispositif d’isolement d’EBA et stopper le rejet de substances radioactives.

En raison de la détection tardive de l’indisponibilité d’un équipement de mesure de la radioactivité requis par les RGE, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 23/03/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie