Détection et arrêt d’une fuite sur une ligne auxiliaire du circuit primaire - Mise à jour de l'avis d'incident du 30/10/2012

Publié le 06/11/2012

Centrale nucléaire de Flamanville Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Avis d'incident mis à jour le 6 novembre 2012

L’ASN a été informée par EDF que le 24 octobre à 23h00, à l’occasion d’opérations préalables au redémarrage du réacteur n°1 de Flamanville, un organe de contrôle d’une ligne auxiliaire du circuit primaire s’est rompu, occasionnant une fuite restée confinée dans le bâtiment réacteur.

Le réacteur est à l'arrêt pour maintenance et rechargement du combustible depuis le 21 juillet 2012. Le 24 octobre, le réacteur est en phase finale de redémarrage : le circuit primaire fonctionne à une pression de 155 bar et une température de 297 °C. Des opérateurs procèdent à une opération de maintenance préalable au redémarrage du réacteur sur une ligne auxiliaire du circuit primaire. A 23h00, lors de la remise en pression de la ligne, un organe de contrôle de type indicateur visuel de circulation du fluide se rompt, engendrant une fuite. Le débit de cette fuite conduit l'exploitant à appliquer les consignes de mise à l'arrêt à froid du réacteur permettant une baisse rapide en pression et température de l'eau du circuit primaire. La fuite est arrêtée le lendemain à 05h00 par la fermeture de plusieurs vannes situées en amont de celle-ci.

Le personnel EDF présent lors de la rupture de l’organe de contrôle a évacué le local et n’a pas été contaminé. Les effluents ont été confinés et collectés dans le bâtiment réacteur tout au long de l'événement. Le plan d’urgence interne de l’établissement n’a pas été activé.

L’ASN a procédé à une inspection le 25 octobre afin d’examiner les circonstances de l’incident et les mesures prises par l’exploitant. Les inspecteurs ont pu noter que l’exploitant avait correctement appliqué ses procédures de conduite. L’ASN a néanmoins demandé à EDF de lui transmettre les conclusions de l’audit interne en cours sur les processus de transmission de l’information lors de cet incident. L’ASN poursuit également ses investigations sur l’origine de l’événement et les conditions de préparation et de réalisation des interventions de maintenance qui ont précédé l’incident. (lire la lettre de suite de l’inspection du 25 octobre)

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, conformément aux règles de classement de l’échelle INES, il a été classé au niveau 1.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie