Dépassement de la limite de température de l’eau de la bâche d’alimentation de secours des générateurs de vapeur

Publié le 18/10/2021

Centrale nucléaire de Golfech Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 22 septembre 2021, l’exploitant de la centrale nucléaire de Golfech a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté à la suite du dépassement de la limite supérieure de température de l’eau de la bâche d’alimentation de secours des générateurs de vapeur.

Les générateurs de vapeur sont des échangeurs thermiques entre l’eau du circuit primaire, portée à haute température et à pression élevée, et l’eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine. Le système d’alimentation de secours des générateurs de vapeur (ASG) assure cette alimentation pendant les phases de mise en service et de mise à l’arrêt du réacteur ainsi qu’en situation accidentelle.

Le 17 septembre 2021, le réacteur était à l’arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible. A 19h15, l’alimentation en eau de la bâche du système ASG a été interrompue pour basculer d’une source d’alimentation à une autre. L’exploitant a ensuite constaté une rapide évolution à la hausse de la température de la bâche, qui a atteint 42 °C en 5 minutes.

A 20h20, malgré les actions mises en œuvre, la température de la bâche a atteint 45 °C, et les équipes de conduite ont mis cette bâche en refroidissement. La température de la bâche a atteint une valeur maximale mesurée de 45,9 °C. A 21h17, les équipes de conduite ont engagé le repli du réacteur, conformément à la conduite à tenir prévue dans les spécifications techniques d’exploitation. A 23h37, la température de la bâche est repassée en-deçà de 45 °C.

L’analyse réalisée a posteriori par l’exploitant a montré que, du 15 au 17 septembre 2021, lorsque la bâche était alimentée par la première source, la température lue sur le capteur de température sous-estimait la température de la bâche. A ce titre, le dépassement du seuil de 45°C a pu survenir durant cette période.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur. En raison de sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Date de la dernière mise à jour : 19/10/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie