Détection a postériori d’un défaut de serrage de connecteurs électriques de plusieurs vannes du système de refroidissement à l’arrêt

Publié le 04/01/2019

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 8 novembre 2018, l’exploitant de la centrale nucléaire de Civaux a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté (ESS) portant sur la découverte a posteriori d’un défaut de serrage de connecteurs électriques de vannes du circuit de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA) du réacteur 1.

Le circuit RRA est un circuit destiné à maintenir le refroidissement du circuit primaire principal lorsque le réacteur est à l’arrêt, en évacuant la puissance thermique résiduelle dégagée par le combustible. Le circuit RRA est aussi nécessaire à la mise à l’arrêt du réacteur en toute sûreté dans certaines situations accidentelles. Il comprend deux voies redondantes (voie A et voie B) de manière à ce qu’en cas de défaillance d’une voie, la seconde puisse toujours assurer le refroidissement du combustible.

Le 22 octobre 2018, le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Civaux est à l’arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible.

Lors d’un contrôle sur le terrain, l’exploitant vérifie l’état des vannes du circuit RRA. L’exploitant constate un défaut de serrage d’un connecteur électrique d’une vanne de la voie B, ne permettant pas à celle-ci d’être commandée à distance. De fait la vanne n’est plus en capacité de fonctionner correctement, ce qui rend indisponible la voie B du circuit RRA pour refroidir le combustible dans l’hypothèse d’une situation accidentelle. L’exploitant constate que ce défaut de serrage est dû à une intervention de maintenance qui n’a pas été effectuée correctement lors de l’arrêt du réacteur 1 en 2017.

L’exploitant découvre également un même défaut de serrage de connecteurs sur deux vannes de la voie A du circuit RRA. Toutefois, la commande à distance de ces deux vannes sur la voie A du circuit RRA a toujours été assurée malgré ces défauts de serrage.

De ce fait, la disponibilité des vannes de la voie A du circuit RRA aurait permis d’assurer le refroidissement du combustible en cas de situation accidentelle.

Dès la détection des écarts, l’exploitant a procédé à la remise en conformité du serrage des connecteurs concernés.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur le personnel et sur l’environnement.

Toutefois, compte tenu de la détection tardive de l’événement, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

L’ASN observe que l’événement a été déclaré par l’exploitant plus de 15 jours après sa détection, ce qui n’est pas conforme aux exigences de l’arrêté du 7 février 2012 fixant les règles générales relatives aux installations nucléaires de base, complété par le guide professionnel de l’ASN du 21 octobre 2005 relatif aux modalités de déclaration et à la codification des critères relatifs aux événements significatifs impliquant la sûreté, la radioprotection ou l’environnement qui fixe un délai de 2 jours ouvrés. L’ASN a demandé à la direction de la centrale de prendre toutes les mesures nécessaires pour respecter ce délai pour les prochains événements qui lui seront déclarés.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie