Défaut de serrage concernant des vannes du circuit d’injection de sécurité et du circuit de contrôle volumétrique et chimique des réacteurs n° 1, 2 et 4

Publié le 05/03/2015

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 17 février 2015, EDF a identifié le caractère avéré d’un défaut relatif à la conformité du serrage de plusieurs vis de vannes des circuits de graissage des pompes du système de contrôle volumétrique et chimique (RCV) et du système d’injection de sécurité de moyenne pression (RIS-MP) des réacteurs n°1, 2 et 4 de la centrale de Paluel.

Cette conclusion fait suite au contrôle par EDF des visseries de vannes du circuit de lubrification des pompes du système de contrôle volumétrique et chimique et des pompes du circuit d'injection de sécurité des quatre réacteurs du site de Paluel, réalisé dans le cadre du retour d’expérience relatif aux défauts constatés sur des matériels similaires à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.

EDF a pris en compte cette situation dès sa détection sur le site de Paluel. Les services centraux d’EDF ont procédé à l’analyse des défauts de serrage et EDF a conclu la remise en conformité des vannes concernées le 7 janvier 2015.

Le système de contrôle volumétrique et chimique (RCV) du circuit primaire principal du réacteur participe à la maîtrise de la réactivité en permettant le réglage de la concentration en bore du réfrigérant primaire. Il contribue également au maintien du volume d’eau nécessaire dans le circuit primaire afin d’assurer l’évacuation de la puissance thermique du réacteur. Ce système dispose de deux pompes de charge redondantes.

En cas de fuite importante du circuit primaire, le système d’injection de sécurité de moyenne pression (RIS-MP) permet d’apporter de l’eau dans le réacteur afin d’en permettre le refroidissement. Ce système comporte deux voies redondantes, chacune conçue pour assurer l’intégralité des actions attendues.

Un fonctionnement prolongé des réacteurs en l’absence de correction des défauts de serrage constatés aurait pu accélérer le desserrage des vis des vannes concernées et à terme provoquer l’indisponibilité des circuits affectés.

Dans la mesure où le défaut constaté a affecté les deux voies du circuit d’injection de sécurité de moyenne pression de chaque réacteur concerné, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie