Défaut de résistance au séisme du circuit de réfrigération d’un groupe électrogène de secours du réacteur 1

Publié le 02/06/2021

Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 17 mai 2021, l’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux a déclaré à l’ASN un évènement significatif pour la sûreté, relatif au défaut de résistance au séisme d’un matériel d’un groupe électrogène de secours à moteur diesel du réacteur 1.

Chaque réacteur à eau sous pression exploité par EDF est équipé de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel. Ces équipements assurent de façon redondante (voie A et voie B) l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes. Les groupes électrogènes de secours à moteur diesel sont composés d’un alternateur, d’un moteur diesel et de systèmes auxiliaires (circuits de refroidissement, de prégraissage, etc.). En cas de défaillance de leurs systèmes auxiliaires, le fonctionnement des diesels de secours pourrait ne plus être assuré. Un seul groupe électrogène permet d’assurer le fonctionnement des systèmes de sûreté du réacteur qui seraient nécessaires en cas d’accident.

Le 3 décembre 2020, une fissure sur une tuyauterie du circuit de refroidissement du groupe électrogène de secours à moteur diesel de la voie B du réacteur 1 a été détectée au cours d’une opération de maintenance préventive. Le 8 décembre 2020, à la suite d’une première analyse de l’exploitant, la fissure a été considérée comme ne remettant pas en cause le fonctionnement du groupe électrogène de secours en situation normale.  

Le 8 février 2021, l’analyse complémentaire réalisée par l’exploitant a cependant mis en évidence que la fissure identifiée sur le circuit de refroidissement pouvait remettre en cause la résistance de ce dernier en cas de séisme. La voie B d’alimentation électrique du réacteur 1 a donc été considérée comme non disponible. Après plusieurs échanges avec l’ASN, l’exploitant a confirmé l’existence d’un écart qui l’a amené à également considérer la voie A électrique de ce réacteur comme indisponible en cas de séisme. Dans ces conditions, le repli du réacteur aurait dû être engagé, ce qui n’a pas été fait avant la réparation de la tuyauterie du circuit de refroidissement du groupe électrogène de secours à moteur diesel de la voie B du réacteur 1.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté « support » du réacteur 1. En raison de l’absence de repli du réacteur à la suite de l’indisponibilité potentielle de ses deux voies d’alimentation électrique en cas de séisme, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Après intervention de l’exploitant, le groupe électrogène de secours à moteur diesel a été de nouveau disponible le 25 février 2021.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie