Défaut de calage du seuil de la surveillance du flux de neutrons en phase d’arrêt

Publié le 23/03/2022

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 18 mars 2022, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté concernant le non-respect du seuil de réglage des chaînes de surveillance du flux de neutrons du réacteur 5 de la centrale nucléaire du Bugey.

Le système de mesure de la puissance nucléaire permet d’assurer la surveillance permanente de la puissance du réacteur. Cette surveillance, qui consiste à mesurer le flux de neutrons, est effectuée par l’intermédiaire de chaînes de mesures disposées à l’extérieur de la cuve :

  • les chaînes de puissance (CNP), utilisées en fonctionnement normal ;
  • les chaînes de niveau intermédiaire (CNI), utilisées lors du démarrage ou de la mise à l’arrêt du réacteur ;
  • les chaînes de niveau source (CNS), capables de mesurer de très faibles flux lorsque le réacteur est à l’arrêt.

Ces chaînes déclenchent des alarmes et des actions automatiques de protection du réacteur en cas d’élévation anormale du flux neutronique.

Le 10 février 2022, alors que le réacteur 5 était en arrêt, les CNS et les CNI ont été remplacées. Pour réaliser les essais de requalification à l’issue de ce remplacement, les règles générales d’exploitation autorisaient à relever le réglage du seuil déclenchant l’arrêt automatique du réacteur.

Le 15 mars 2022, EDF a constaté que le retour au réglage habituel du seuil déclenchant l’arrêt automatique du réacteur n’avait pas été réalisé à l’issue des essais susmentionnés. Or, entre le 14 février et le 6 mars 2022, le réacteur 5 est passé à trois reprises dans l’état d’arrêt normal, refroidi par le circuit de refroidissement du réacteur à l’arrêt. Dans cet état du réacteur, la hausse temporaire du réglage du seuil déclenchant l’arrêt automatique du réacteur n’est pas autorisée par les règles générales d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, compte tenu du non-respect des règles générales d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

 

Date de la dernière mise à jour : 23/03/2022

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie