Défaut d'application d'une procédure lors du démarrage du réacteur

Publié le 21/12/2004

Centrale Phénix Réacteur de recherche - CEA

Le 12 décembre 2004, l'étage économiseur / évaporateur d'un générateur de vapeur a été mis en eau alors que le système de détection d'une éventuelle réaction entre le sodium et l'eau, à l'intérieur de ces modules n'était pas opérationnel.

Le système de détection est constitué d'un analyseur qui mesure la concentration en hydrogène du sodium d'un circuit dérivé du circuit principal. La température du sodium des circuits primaire et secondaire était de 250°C, le réacteur étant en phase de démarrage. Or pour que le capteur de détection d'hydrogène soit opérationnel, sa température doit être supérieure à 275°C. Cette valeur n'était pas atteinte à la suite d'un défaut du système de régulation thermique.

Lors de cet incident, le réacteur fonctionnait à puissance réduite et le deuxième circuit de refroidissement était opérationnel.

Cet évènement n'a pas eu de conséquence sur le personnel et l'environnement. Il n'a pas présenté de risque pour la sûreté de l'installation. Cependant, compte tenu du non respect d'une procédure, l'exploitant a proposé à l'Autorité de Sûreté Nucléaire de le classer au niveau 1 de l'échelle INES.

Le réacteur PHENIX, exploité par le CEA sur le site de MARCOULE (Gard) utilise du sodium comme fluide caloporteur. Quatre échangeurs intermédiaires et deux circuits secondaires en sodium assurent le transport de la chaleur vers deux générateurs de vapeur qui permettent ensuite d'assurer le fonctionnement du groupe de production d'électricité.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie