Débit à la cheminée du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) inférieur à la valeur minimale requise par les spécifications techniques d’exploitation.

Publié le 23/10/2012

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 19 octobre 2012, EDF, exploitant la centrale nucléaire de Bugey, a déclaré à l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la valeur de débit minimal de 180 000 m3/h dans la cheminée du BAN requise par les spécifications techniques d’exploitation.

Le système de ventilation du BAN a pour objectif d'assurer le confinement des installations par la filtration et le contrôle permanent de l'air avant évacuation vers l'extérieur par la cheminée du BAN. Il assure également la dilution de tout rejet pour réduire l'impact sur l'environnement. Il permet enfin de maintenir une qualité d'air satisfaisante à l'intérieur des locaux. Les spécifications techniques d’exploitation prévoient que le débit minimal d’air dans cette cheminée soit de 180 000 m3/h et qu’en cas d’anomalie ce débit minimal soit rétabli sous une heure.

Le 17 octobre 2012, un dysfonctionnement sur un transformateur électrique a entrainé un arrêt automatique du réacteur n°5. Ce transformateur a notamment pour fonction d’alimenter électriquement le système de ventilation du bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN) qui est commun aux réacteurs n°4 et n°5.

Après l’arrêt des ventilateurs alimentés par le transformateur en dysfonctionnement du réacteur n°5, EDF n’a pas réalimenté électriquement ces ventilateurs par les alimentations électriques disponibles du réacteur n°4 dans le délai d’une heure requis par les spécifications techniques d’exploitation. Le débit minimal requis a été obtenu au bout d’une heure et cinquante deux minutes.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Toutefois, en raison du non respect d’une prescription permanente des spécifications techniques d’exploitation et du délai requis pour mettre en œuvre les actions correctives, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie