Changements d'état de la réaction nucléaire non détectés par l'équipe de conduite

Publié le 26/02/2007

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 23 décembre 2006, l'analyse inadéquate de la situation n'a pas permis de détecter le passage de la réaction nucléaire dans les états convergé puis divergé. 

Compte tenu de la faible demande en électricité, le réacteur fonctionnait à faible puissance. Vers 2 heures du matin, la puissance du réacteur est passée sous le seuil en-dessous duquel la réaction en chaîne s'arrête progressivement. Le réacteur est alors dit convergé. Vers 5 heures du matin, l'extraction des grappes de commande a rétabli la réaction en chaîne.

Ces changements d'état du réacteur n'ont pas été détectés sur le moment. C'est une interrogation a posteriori du chef d'exploitation qui a permis la détection de l'événement.

Une inspection réactive par l'Autorité de sûreté nucléaire a eu lieu le 14 février 2007. Cette inspection avait pour objectif d'examiner plusieurs événements significatifs pour la sûreté relevant de la conduite du réacteur. Elle a mis en évidence un manque de préparation du passage à faible puissance ainsi qu'un défaut de prise en compte du retour d'expérience d'événements similaires (lien vers lettre de suite INS-2007-EDFCIV-0014).

En raison d'une mauvaise prise en compte du retour d'expérience, l'exploitant a classé cet événement significatif pour la sûreté au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie