Atteinte du niveau bas de la piscine de l'atelier pour l'entreposage du combustible (APEC)

Publié le 22/01/2007

Réacteur Superphénix Réacteur nucléaire à neutrons rapides - EDF

Le 29 septembre 2006, le niveau bas de la piscine de l'APEC a été atteint. Un appoint d'eau manuel a été nécessaire pour garantir le niveau d'eau de la piscine requis dans le référentiel d'exploitation. Un incident similaire s'était déjà produit en octobre 2004.

L'exploitant n'a pas été en mesure d'identifier immédiatement l'origine de cette vidange partielle. En conséquence, un nouvel appoint d'eau a été nécessaire le samedi 30 septembre. Le lundi 2 octobre, les opérateurs ont réussi à déterminer la cause de la vidange à l'aide des plans des canalisations de la piscine. Une vanne avait été laissée ouverte après une prise d'échantillon d'eau de la piscine le 28 septembre 2006, alors qu'elle aurait dû être refermée.

L'atelier pour l'entreposage du combustible (APEC) a pour vocation l'entreposage du combustible neuf et irradié ainsi que de tous les assemblages retirés du coeur du réacteur, soit dans une piscine soit dans des conteneurs. L'eau de la piscine assure le refroidissement des assemblages qu'elle contient ainsi que la fonction de protection biologique du personnel face aux risques d'irradiation.

Cet événement n'a pas eu de conséquence du point de vue de la sûreté, de la radioprotection du personnel, ni de l'environnement.

L'Autorité de sûreté nucléaire a découvert cet écart lors de l'inspection « rigueur d'exploitation » qu'elle a menée sur le site de Creys-Malville, le 5 décembre 2006. En raison de la répétition d'un événement survenu dans des circonstances semblables le 15 octobre 2004 et de la non prise en compte du retour d'expérience, l'ASN a demandé que cet écart soit déclaré en événement significatif et classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie