Arrêt du refroidissement de la piscine d’entreposage du combustible

Publié le 07/05/2012

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 11 avril 2012, à la suite d’une erreur de lignage sur le circuit de réfrigération intermédiaire, le refroidissement de la piscine de stockage du combustible a été interrompu pendant près de 4 heures sur le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse.

Le circuit de réfrigération intermédiaire permet de refroidir, en fonctionnement normal comme en situation accidentelle, l'ensemble des matériels et fluides des systèmes auxiliaires et de sauvegarde du réacteur. Ce circuit, situé en grande partie à l'extérieur de l'enceinte de confinement, est constitué de deux files séparées et redondantes. En fonctionnement normal, seule une file est en service mais les deux doivent être disponibles.

Le 6 avril 2012, les agents ont effectué une mise en configuration de ce circuit, qui consiste à réaliser des opérations de fermetures et d’ouvertures de vannes du circuit. A la suite d’une confusion dans les consignes et les modes opératoires, l’opérateur a omis d’ouvrir deux vannes. Cette erreur a généré une très forte diminution du débit sur une des deux voies constitutive du circuit de réfrigération intermédiaire, qui n’a alors plus été en capacité d’assurer le refroidissement de la piscine d’entreposage du combustible.

Cette interruption du refroidissement a duré près de 4 heures et a généré une augmentation de 10°C de la température de la piscine de stockage de combustible. Cette augmentation a finalement été détectée par les opérateurs en salle de commande qui ont immédiatement fait procéder à une remise en conformité des circuits. La réfrigération de la piscine d’entreposage du combustible a donc été rétablie.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Une erreur similaire s’était déjà produite le 11 août 2010 sur le réacteur n°3 et avait fait l’objet d’une déclaration d’événement significatif de niveau 0.

En raison de la détection tardive de cet événement du 11 avril 2012 et de son caractère répétitif, il a été classé au niveau 1 de l'échelle internationale des événements nucléaires INES.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie