Anomalie générique concernant les pompes à haute pression du circuit d'injection d'eau de sécurité de certains réacteurs de 900 MWe

Publié le 13/08/2007

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 31 juillet 2007, EDF a informé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) d'une anomalie pouvant affecter les pompes à haute pression (HP) du circuit d'injection d'eau de sécurité (RIS) des réacteurs à eau sous pression des centrales nucléaires du Blayais, de Chinon, de Cruas, de Dampierre, de Gravelines, de Saint-Laurent et du Tricastin.

Le circuit RIS permet, en cas d'accident, d'injecter de l'eau dans le circuit primaire pour refroidir le coeur du réacteur. Il comporte des pompes injectant de l'eau à haute pression et d'autres pompes injectant de l'eau à basse pression.

En cas de fuite d'eau sur le circuit primaire, situation accidentelle improbable, EDF a indiqué que la température des locaux abritant ces pompes pouvait excéder leur température maximale de fonctionnement. Le bon fonctionnement de ces pompes est, en effet, conditionné par un refroidissement suffisant de leur huile de graissage par l'air ambiant.

Cette anomalie n'a pas d'incidence sur la sûreté du réacteur lorsque celui-ci fonctionne normalement.

EDF propose de modifier le circuit de graissage des pompes afin de corriger cette anomalie.

L'ASN examinera la solution proposée ainsi que ses échéances de mise en oeuvre.

Cette anomalie est classée au niveau 1 de l'échelle INES qui en compte 7.

Date de la dernière mise à jour : 03/09/2021

Classement de l’incident (INES)

Niveau 1

Anomalie