Non tenue au séisme des supports de tuyauteries du système de filtration de l’eau brute

Publié le 30/07/2012

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

En juin 2011, lors d’une visite de la station de pompage du réacteur n°1, EDF a identifié un phénomène de corrosion sur les supports de certaines tuyauteries du système de filtration de l’eau brute (CFI)[1].

Ces tuyauteries contribuent au fonctionnement du système de lavage des tambours filtrants situés à l’amont du système de refroidissement du réacteur. Une défaillance de ce système peut conduire, à terme, à l’arrêt du refroidissement des réacteurs.

L’exploitant a procédé au contrôle de l’ensemble des réacteurs de la centrale de Gravelines. Compte tenu du niveau des dégradations constatées sur les réacteurs n°1, 2, 5 et 6, l’exploitant a réalisé une étude de tenue au séisme en février 2012. Elle conclut que la tenue au séisme des tuyauteries n’est pas garantie. EDF a informé l’ASN de cet écart en juin 2012, à l’occasion de l’arrêt pour maintenance du réacteur n°5. Les supports d’une des deux lignes des réacteurs n°1 et 2 ont été remis en état, respectivement en octobre 2011 et en avril 2012, pendant leurs arrêts programmés. Les travaux de remise en état du réacteur n° 5, actuellement à l’arrêt, ont été achevés le 11 juillet 2012. Pour les réacteurs 1, 2 et 6, l’ASN a demandé à l’exploitant que des mesures permettant d’assurer la tenue au séisme soient mises en œuvre au plus tôt. La mise en place de renforcements provisoires est en cours.

Cet incident n’a pas eu de conséquence en termes de sûreté, ni sur l’environnement.

Initialement, l’exploitant a classé cet événement au niveau 0 de l’échelle INES. Au vu des conséquences potentielles de l’écart en cas de séisme, l’ASN a demandé à l’exploitant de reclasser l’incident au niveau 1 de l’échelle INES (Echelle internationale des événements nucléaires).


[1] Circuit d’eau brute secourue (SEC) : ce circuit sert à refroidir un autre circuit, appelé circuit de refroidissement intermédiaire, qui assure le refroidissement des matériels importants pour la sûreté du réacteur. C’est un circuit dit "de sauvegarde" constitué de deux lignes redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs. Il fonctionne en permanence, même lorsque le réacteur est à l’arrêt, afin d’assurer, entre autres, le refroidissement de la piscine de stockage du combustible.

Le système de filtration de l’eau brute (CFI) est situé en amont du système SEC, il filtre l’eau brute (eau de mer) à l’aide de tambours filtrants. L’eau est prélevée dans le canal d’amenée en communication avec l’avant-port de Dunkerque.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014