Défaut d’étanchéité prolongé sur l’enceinte de confinement du réacteur

Publié le 20/09/2012

Centrale nucléaire de Paluel Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le réacteur n° 3 est en arrêt depuis le 19 mai 2012 pour son rechargement en combustible et les opérations de maintenance programmées. Lors du redémarrage du réacteur, EDF identifie que deux vannes du système d’isolement de l’enceinte de confinement[1] ne sont pas totalement étanches. L’analyse a posteriori de l’événement montre que la conduite à tenir demandée par les règles générales d’exploitation (RGE) n’a pas été respectée.

Les RGE sont un recueil de règles approuvées par l’Autorité de sûreté nucléaire, qui définissent le domaine de fonctionnement autorisé de l’installation.

Le 14 août 2012, une mesure du taux de fuite en air de l’une des traversées de l’enceinte de confinement est réalisée. EDF constate alors que les deux vannes permettant d’obturer et d’isoler cette traversée ne sont pas complètement étanches et décide de lancer une évaluation complémentaire de l’étanchéité globale de l’enceinte, sans toutefois considérer comme indisponible l’isolement de la traversée. Plusieurs mesures d’étanchéité sont réalisées et l’ingénieur sûreté préconise à deux reprises de considérer que l’isolement de l’enceinte ne peut être garanti du fait de l’incertitude des mesures. Après une mesure complémentaire, l’inétanchéité est avérée et, le 22 août, le réacteur est finalement mis à l’arrêt du fait du cumul de l’inétanchéité et de l’indisponibilité d’un autre matériel. L’analyse des faits réalisée a posteriori montre que le site n’a pas considéré, dès le 14 août, que ces deux vannes étaient inétanches et qu’alors, le réacteur aurait dû être mis à l’arrêt en application des RGE. La conduite à tenir prescrite par les RGE n’a donc pas été respectée.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, en raison d’un défaut de culture sûreté de l’exploitant, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.


[1] La chaudière nucléaire, constituée notamment par la cuve, le cœur du réacteur, les générateurs de vapeur et le pressuriseur, est installée dans le bâtiment réacteur. En cas d’accident, les produits radioactifs qui seraient libérés lors d’une rupture du circuit primaire doivent être retenus. Cette fonction de confinement est assurée par l’enceinte du bâtiment réacteur.. Pour les réacteurs de 1 300 MW, cette enceinte de confinement est une enceinte double en béton composée d’un ouvrage interne et d’un ouvrage externe séparés par un espace en légère dépression. Un certain nombre de canalisations traversent cette enceinte, dont l’étanchéité est particulièrement surveillée. Des vannes, situées de part et d’autre des parois de béton, permettent d’obturer chacune de ces traversées lorsque les spécifications techniques, les procédures de conduite ou la situation exigent l’étanchéité de l’enceinte.

Date de la dernière mise à jour : 17/01/2014