9 – Irradiations hypofractionnées de haute précision

Publié le 24/05/2016

Pour les professionnels

Près de 2/3 des événements survenus au cours d’irradiations hypofractionnées de haute précision en conditions stéréotaxiques, et déclarés à l’ASN, ont eu ou sont susceptibles d’avoir des conséquences cliniques pour le patient.

Au regard notamment de ces chiffres, l’ASN renforcera ses contrôles 2016 sur ce type de traitements qui délivre des doses élevées en peu de séances.

Les irradiations hypofractionnées sont principalement indiquées dans le traitement des petites tumeurs difficiles d’accès par chirurgie, parfois inopérables, telles que les lésions intracrâniennes, le poumon, le foie ou les vertèbres.

Elles nécessitent un ciblage très précis des volumes à irradier, rendu possible par le développement de dispositifs sophistiqués pour repositionner le patient, prendre en compte et limiter les éventuels mouvements du volume cible dans le patient au cours de la séance, et délivrer la dose.

Des enjeux forts de radioprotection pour les patients sont le corollaire des avancées médicales apportées par ces technologies de pointe. Dans le bulletin n°9, les témoignages des centres Antoine Lacassagne de Nice et Oscar Lambret de Lille appellent ainsi à la plus grande vigilance. Une erreur est toujours possible telle qu’une confusion de vertèbre ou une erreur de côté, avec des impacts potentiels forts.

Les bonnes pratiques issues des réflexions du comité éditorial ainsi que les recommandations du GPMED sur les nouvelles techniques en radiothérapie ouvrent des pistes pour sécuriser au mieux les traitements.

Date de la dernière mise à jour : 15/07/2019