Atelier de technologie plutonium (ATPu)

L’ATPu (Atelier de technologie du plutonium), mis en service en 1962, a été conçu pour la fabrication d’éléments combustibles à base de plutonium. L’activité s’est orientée historiquement vers la production d’assemblages pour les réacteurs à neutrons rapides puis à partir de 1988 vers la production de combustible « MOX » pour les réacteurs EDF, suisses et allemands.

Fabrication ou transformation de substances radioactives - CEA

Installation contrôlée par

la division de Marseille

L’ATPu (INB 32) assurait la production d’éléments combustibles à base de plutonium, destinés aux réacteurs à neutrons rapides ou expérimentaux à partir de 1967, puis, de 1987 à 1997, aux réacteurs à eau sous pression (REP) utilisant du combustible MOX. Les activités du LPC (INB 54) étaient associées à celles de l’ATPu : contrôles physico‑chimiques et examens métallurgiques, traitement des effluents et déchets contaminés. Les deux installations ont été arrêtées en 2003 et sont en cours de démantèlement.

Appréciations 2020

À la suite de la période de crise sanitaire, le planning des opérations de démantèlement a été revu :

  • sur l’ATPu : l’évacuation des déchets et matières des installations a été moins importante que prévue, notamment l’évacuation des fûts riches en radionucléides émetteurs alpha issus de l’INB 56 ;
  • sur le LPC : à la suite des campagnes de mesures réalisées et de l’obtention consécutive d’une autorisation de gestion simplifiée de la criticité sur le chantier en début d’année, les opérations de dépose du procédé de cryotraitement ont pu reprendre.

L’ASN estime que le niveau de sûreté nucléaire et de radioprotection de ces installations en 2020 est globalement satisfaisant. Bien que des améliorations aient été constatées sur la gestion des déchets de l’installation, des progrès sont encore attendus notamment sur le respect du plan de démantèlement.

Date de la dernière mise à jour : 27/05/2021