Centrale nucléaire de Flamanville

Le site de Flamanville abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Manche, à 25 km au sud-ouest de Cherbourg. Le site se trouve à une quinzaine de kilomètres des îles anglo-normandes. Cette centrale nucléaire est actuellement constituée de 2 réacteurs à eau sous pression en exploitation d'une puissance unitaire de 1300 MWe.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Installation contrôlée par

la division de Caen

L'installation en bref

Le site de Flamanville abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Manche, à 25 km au sud-ouest de Cherbourg. Le site se trouve à une quinzaine de kilomètres des îles anglo-normandes. Cette centrale nucléaire est actuellement constituée de deux réacteurs à eau sous pression en exploitation d'une puissance unitaire de 1300 MWe.Par ailleurs EDF a été autorisé, par décret en date du 10 avril 2007, à construire sur le site de Flamanville un réacteur dit "de 3eme génération" de type EPR. Le réacteur 1 constitue l'installation nucléaire de base (INB) n°108, le réacteur 2 l'INB n°109 et le réacteur n°3 (EPR) l'INB n°167

Appréciations 2020

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Flamanville dans les domaines de la sûreté nucléaire et de la radioprotection sont en retrait par rapport à l’appréciation générale portée sur les centrales nucléaires d’EDF. Les performances relatives à la protection de l’environnement sont quant à elles en amélioration et rejoignent l’appréciation générale portée sur les centrales nucléaires d’EDF.

L’ASN estime que les performances du site en matière d’exploitation et de conduite des réacteurs doivent encore être améliorées, des écarts répétitifs ayant été observés dans la bonne application des procédures de conduite. Néanmoins, l’ASN note positivement la mise en œuvre d’actions d’amélioration réactives à la suite de ces événements, notamment en ce qui concerne la formation des agents et la préparation des activités réalisées. Une attention particulière devra être portée à la pérennisation de ces actions dans la durée.

Concernant les opérations de maintenance, l’exploitant a mis à profit les arrêts des deux réacteurs pour remettre en conformité différents matériels importants pour la sûreté. L’exploitant a également détecté, puis corrigé, de nombreux écarts dans la bonne application des programmes de maintenance préventive. L’ASN considère que la remise en conformité des installations est satisfaisante mais que l’exploitant doit néanmoins rester vigilant à la maîtrise de la qualité des opérations de maintenance.

Les performances du site en matière de radioprotection des travailleurs sont restées insuffisantes en 2020. L’ASN considère tout d’abord que l’organisation et la gestion des compétences au sein du service de prévention des risques doit être améliorée. De nombreux écarts ont également été relevés concernant le respect des conditions d’intervention et d’accès dans certains locaux. Enfin, des progrès sont attendus à la mise en œuvre du principe d’optimisation dans la préparation des interventions à plus fort enjeu de radioprotection.

La récurrence de certains événements et leur gravité potentielle confirment que ce domaine doit encore faire l’objet d’améliorations substantielles de la part de l’exploitant.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN note que des actions correctives adéquates ont été entreprises par l’exploitant pour donner suite aux différents constats réalisés lors de l’inspection renforcée de 2019. Des améliorations restent attendues concernant la surveillance des prestataires réalisant des activités liées à la surveillance de l’environnement.

En matière d’inspection du travail, l’ASN estime que les fréquentes réunions organisées en 2020 lors de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid‑19 ont permis de développer une gestion adaptée des mesures spécifiques de prévention au sein du site. Néanmoins, des améliorations restent attendues en matière d’organisation générale de la prévention, notamment concernant les situations à risque de chute de hauteur, et pour la gestion des plans de prévention.

En septembre 2019, l’ASN a décidé de placer sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Flamanville à la suite des difficultés rencontrées par EDF lors des deux arrêts pour visite décennale. Au cours de l’année 2020, l’exploitant a continué de mettre en œuvre son plan d’action destiné à améliorer la rigueur d’exploitation. Des progrès ont été constatés concernant l’état des installations et dans la détection des anomalies sur le terrain. Un certain nombre d’écarts en lien avec l’état des matériels ont ainsi pu être corrigés. L’exploitant a par ailleurs réalisé des travaux conséquents de remise en conformité de son installation, notamment concernant les générateurs de secours à moteur diesel. L’ASN constate toutefois des défaillances persistantes dans la maîtrise de certaines activités et sera vigilante à la bonne appropriation des nouvelles pratiques par l’ensemble des intervenants, et particulièrement ceux des entreprises prestataires. En 2021, EDF devra transmettre à l’ASN un plan d’action révisé afin de cibler les axes d’amélioration restant à mettre en œuvre.

Principales étapes réglementaires

Réacteur 1

Réacteur 2

Réacteur 3

Décret d'utilité publique

22/12/1977

Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

-

10/04/2007

Date de 1ère divergence

27/09/1985

12/06/1986

-

Autorisation d'utiliser le MOX

Non

-

Décisions de l’ASN relatives aux prélèvements d’eau et aux rejets des effluents

  • liquides
  • gazeux
  • Décision n° 2010-DC-0188 du 7 juillet 2010 de l’Autorité de sûreté nucléaire fixant à Électricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) les limites de rejets dans l'environnement des effluents liquides et gazeux pour l’exploitation des réacteurs « Flamanville 1 » (INB n°108), « Flamanville 2 » (INB n°109) et « Flamanville 3 » (INB n°167)
  • Décision n° 2010-DC-0189 du 7 juillet 2010 de l’Autorité de sûreté nucléaire fixant à Électricité de France – Société Anonyme (EDF-SA) les prescriptions relatives aux modalités de prélèvement et de consommation d’eau et de rejets dans l'environnement des effluents liquides et gazeux pour l’exploitation des réacteurs « Flamanville 1 » (INB n°108), « Flamanville 2 » (INB n°109) et « Flamanville 3 » (INB n°167)

Mise en service

Lettre SIN n°3903/89 du 21 décembre 1989

-

Date de la dernière mise à jour : 27/05/2021