Laboratoire de haute activité

Les laboratoires de haute activité (LHA) constituent l’INB n°49 du centre CEA de Saclay. Mis en exploitation en 1954, ces laboratoires ont abrité des activités mettant en œuvre des radioéléments dans des cellules blindées.

Utilisation des substances radioactives - CEA

Installation contrôlée par

la division d'Orléans

Le laboratoire de haute activité (LHA) comporte plusieurs laboratoires qui étaient destinés à la réalisation de travaux de recherche ou de production de différents radionucléides. Il constitue l’INB 49. À l’issue des travaux de démantèlement et d’assainissement, autorisés par décret du 18 septembre 2008, seuls deux laboratoires, en exploitation aujourd’hui, devraient subsister à terme sous le régime ICPE. Ces deux laboratoires sont le laboratoire de caractérisation chimique et radiologique d’effluents et de déchets et l’installation de conditionnement et d’entreposage pour la reprise des sources sans emploi.

Appréciation 2018

En 2018, les opérations de démantèlement de la chaîne blindée TOTEM, dans la cellule n° 10, et celles d’assainissement des cellules n° 11 et 15 se sont poursuivies.

Malgré l’avancement des opérations d’assainissement et de démantèlement, les retards accumulés n’ont pas permis au CEA de respecter l’échéance du 21 septembre 2018 fixée par le décret autorisant le démantèlement du LHA. La découverte, en 2017, de pollution dans certaines cours inter‑cellules conduit également à faire évoluer les opérations à réaliser. Un dossier de modification du décret de démantèlement doit donc être établi par l’exploitant. L’ASN sera attentive à la justification de l’échéance et des conditions de sécurité des opérations à venir.

L’ASN considère que le niveau de sûreté de l’INB 49 en démantèlement doit être amélioré. L’année 2018 a été marquée par des événements significatifs liés au risque d’incendie. À titre d’exemple, le CEA a déclaré un événement de niveau 1 sur l’échelle INES pour des dysfonctionnements du système de détection automatique d’incendie, qui ont conduit l’exploitant à suspendre les travaux en cours dans les locaux concernés.

Les inspections de l’installation ont permis de confirmer des améliorations dans la gestion des zones d’entreposage de déchets. Toutefois, l’ASN a noté des défaillances en matière de surveillance des opérations effectuées par des entreprises extérieures, de gestion des écarts et de suivi de la réalisation des contrôles et essais périodiques. L’ASN sera attentive à la réalisation d’actions correctives sur ces sujets.

Date de la dernière mise à jour : 16/05/2019