Laboratoire d'essais sur combustibles irradiés (LECI)

Laboratoire d'expertise des matériaux et combustibles irradiés. Une procédure d'extension de cette installation a eu lieu afin d'autoriser le fonctionnement d'une nouvelle ligne de cellules blindées dans le cadre de nouvelles expertises.

Utilisation de substances radioactives - CEA

Installation contrôlée par

la division d'Orléans

Au Laboratoire d’essai des combustibles irradiés (malgré sa nouvelle vocation, le Leci a gardé son ancien nom), à Saclay, seuls les matériaux irradiés hors combustible sont analysés, avec un objectif précis : prolonger la durée de vie des cuves et des structures internes du réacteur et limiter les temps d'arrêt de ce dernier, nécessaires à la maintenance notamment.

Comprendre

LECI, risques et système de prévention d’un laboratoire chaud

La principale mission du LECI consiste en l’expertise de matériaux irradiés provenant d’installations nucléaires diverses, en particulier de réacteurs de recherche. Les manipulations des matériaux irradiés expertisés sont réalisées par l’intermédiaire de bras articulés dans des cellules blindées.

Les principaux enjeux de sûreté de l’installation sont la limitation de l’exposition aux rayonnements ionisants, le confinement des substances radioactives et la maîtrise du risque de criticité.

Pour limiter ces risques, des dispositions constructives ou organisationnelles sont mises en œuvre par le CEA et régulièrement révisées, notamment lors des réexamens périodiques. A l’issue du dernier réexamen périodique, l’ASN a complété et prescrit le 30 novembre 2016 les échéances les plus importantes du plan envisagé par le CEA pour améliorer ces dispositions.

LECI, risques et système de prévention d’un laboratoire chaud

Sur le principe, dans un laboratoire comme le LECI :

  • La  limitation de l’exposition aux rayonnements est assurée par l’épaisseur des murs [1] et des hublots [2] des cellules blindées dans lesquelles sont réalisées les manipulations. Les parois des murs comprennent  un caisson en acier inoxydable et des plaques de plomb. Le personnel manipule par l’intermédiaire de bras articulés appelé télémanipulateurs [3] les matériaux [4] situés dans la cellule. Une zone arrière (ZAR) [5] commune aux chaînes blindées permet le transfert d’échantillons entre cellules blindées. Cette ZAR est également un lieu d’entreposage des emballages de substances radioactives en attente d’expédition.
  • Le confinement des matières radioactives est assuré :
    • dynamiquement : chaque cellule est équipée de ventilateurs d’extraction et les gaines d’extraction [6], elles-mêmes équipées de filtres,
    • statiquement par les parois des cellules blindées [1].
  • La maîtrise de la sous-criticité  est assurée par des dispositions organisationnelles :
    • la gestion des matières (comptabilité de la masse de matières fissiles et de matières hydrogénées susceptibles d’entrainer une réaction en chaine) dans chaque unité de travail,
    • les emballages de matières fissiles dont le regroupement doit respecter une certaine géométrie [7].

Le LECI a été construit et mis en service en novembre 1959. Il a été déclaré en tant qu’installation nucléaire de base le 8 janvier 1968 par le CEA. Une extension a été autorisée en 2000. Le LECI (INB 50) constitue un outil d’expertise pour les exploitants nucléaires. Il a pour mission d’étudier les propriétés des matériaux utilisés dans le secteur nucléaire, irradiés ou non.

Du point de vue de la sûreté, cette installation doit répondre aux mêmes exigences que celles des installations nucléaires du cycle du combustible, mais l’approche de sûreté est proportionnée aux risques et inconvénients qu’elle présente.

À la suite du dernier réexamen périodique, l’ASN a encadré, dans la décision du 30 novembre 2016 (modifiée le 26 juin 2017), la poursuite de fonctionnement de l’installation au travers de prescriptions techniques, qui portent notamment sur le plan d’améliorations que le CEA s’était engagé à réaliser. Certains engagements pris par le CEA n’ont pas été réalisés dans les temps. L’ASN sera particulièrement attentive au respect des échéances associées aux travaux de renforcement pour assurer la tenue au séisme du bâtiment 625 (fin du 1er semestre 2021).

Appréciation 2018

Les inspections menées en 2018 ont montré une exploitation satisfaisante de l’installation. Plus particulièrement, la gestion de la radioprotection et celle de la criticité sont apparues bien maîtrisées.

Néanmoins, l’ASN constate une augmentation du nombre de déclarations d’incidents en 2018 et sera vigilante sur le retour d’expérience qui en sera réalisé.

Date de la dernière mise à jour : 16/05/2019