Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

La centrale nucléaire de Nogent‑sur‑Seine, exploitée par EDF dans le département de l’Aube, dans la commune de Nogent‑sur‑Seine à 70 km au nord‑ouest de Troyes, est constituée de deux réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 1 300 MWe chacun, mis en service en 1987 et 1988. Le réacteur 1 constitue l’INB 129, le réacteur 2 l’INB 130.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Installation contrôlée par :

la division de Châlons-en-Champagne

Le site en bref

La centrale nucléaire de Nogent‑sur‑Seine, exploitée par EDF dans le département de l’Aube, dans la commune de Nogent‑sur‑Seine à 70 km au nord‑ouest de Troyes, est constituée de deux réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 1 300 MWe chacun, mis en service en 1987 et 1988. Le réacteur 1 constitue l’INB 129, le réacteur 2 l’INB 130.

Appréciations 2019

L’ASN considère que les performances du site de Nogent‑sur‑Seine en matière de sûreté nucléaire, de radio­protection et de protection de l’environnement se placent dans la moyenne des centrales exploitées par EDF.

Sur le plan de la sûreté nucléaire, l’exploitant doit maintenir ses efforts de rigueur en matière d’exploitation des réacteurs. L’ASN note en particulier que la phase de redémarrage du réacteur 1 a fait l’objet d’un nombre inhabituel d’événements et constate que la vigilance des intervenants, notamment en salle de commande, doit être maintenue, y compris en cas d’activités accrues. Une attention particulière doit également être portée aux opérations de configuration des circuits.

Concernant la maintenance, l’ASN considère que la situation est globalement satisfaisante, dans un contexte dense d’activités liées à la visite décennale du réacteur 1. L’ASN note les progrès constatés dans le domaine de la surveillance des interventions, dont le caractère pertinent et adapté reste toute­fois encore insuffisant pour les activités de modification des installations. L’exploitant doit par ailleurs veiller à assurer une traçabilité rigoureuse du traitement des écarts observés sur les matériels.

Sur le plan de la radioprotection, l’ASN considère que l’exploitant a su poursuivre la correction des dysfonctionnements observés les années antérieures concernant les dispositions de protection des travailleurs. La perte de maîtrise de la propreté radiologique d’un chantier à enjeu lors de la visite décennale du réacteur 1 appelle néanmoins à la vigilance dans ce domaine pour les chantiers similaires à venir.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN note une évolution positive, mais considère que l’exploitant doit maintenir sa vigilance sur la gestion interne des effluents et le confinement des substances liquides.

Enfin, le contrôle assuré au titre de l’inspection du travail n’a pas mis en évidence de non‑conformité majeure : l’ASN a porté une attention particulière à la conformité de la machine de manutention du combustible au cours de la visite décennale du réacteur 1, à la suite des opérations correctives apportées par l’exploitant.

Principales étapes réglementaires

Réacteur 1

Réacteur 2

Décret d'utilité publique

28/03/1980

Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

28/09/1982

Date de 1ère divergence

Septembre 1987

Septembre 1988

Autorisation d'utiliser le MOX

Non

Arrêtés de rejets d'effluents radioactifs

  • gazeux
  • liquides

Arrêté de rejets d'eaux non radioactifs

Arrêté interministériel
du 29/12/2004

Mise en service industrielle

24/08/1988

01/05/1984

Date de la dernière mise à jour : 28/05/2020