Centrale nucléaire de Chinon B

La centrale nucléaire de Chinon est située sur le territoire de la commune d'Avoine dans le département d'Indre-et-Loire, en rive gauche de la Loire. Elle comporte deux paires de réacteurs (B1 - B2 et B3 - B4) du type REP, qui sont situés au sud du site de Chinon. Chaque tranche a une puissance électrique de 900 MWe et appartient au palier CP2. Les réacteurs B1 et B2 constituent l'installation nucléaire de base n° 107. Les réacteurs B3 et B4 constituent l'installation nucléaire de base n° 132.

Réacteurs de 900 MWe - EDF

Installation contrôlée par

la division d'Orléans

L'installation en bref

La centrale nucléaire de Chinon est située sur le territoire de la commune d'Avoine dans le département d'Indre-et-Loire, en rive gauche de la Loire. Elle comporte deux paires de réacteurs (B1 - B2 et B3 - B4) du type REP, qui sont situés au sud du site de Chinon. Chaque tranche a une puissance électrique de 900 MWe et appartient au palier CP2. Les réacteurs B1 et B2 constituent l'installation nucléaire de base n° 107. Les réacteurs B3 et B4 constituent l'installation nucléaire de base n° 132.

Appréciations 2017

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Chinon rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF dans les domaines de la sûreté et de l’environnement et que celles en matière de radioprotection se situent au-dessus de la moyenne nationale.

En matière de sûreté, le site se maintient à un niveau satisfaisant, ce qu’illustre notamment la bonne gestion des règles générales d’exploitation et des instructions temporaires de sûreté. Toutefois, une part importante des événements significatifs déclarés est liée à un manque de rigueur des intervenants et à des anomalies dans le contenu des documents utilisés. La gestion des arrêts de réacteur apparaît également perfectible au regard des nombreux constats réalisés lors des inspections menées en 2017, concernant en particulier la gestion des analyses de risques et des documents de suivi d’intervention.

L’organisation en matière de radioprotection est jugée satisfaisante et permet au site d’obtenir de bons résultats en matière de dosimétrie et de propreté radiologique. Le service prévention des risques est particulièrement impliqué sur cette thématique et réactif sur le terrain. La sensibilisation des prestataires sur la radioprotection, et notamment sur l’application rigoureuse des régimes de travail en milieu radiologique, doit toutefois être poursuivie au regard des quelques événements déclarés.

Les performances en matière d’environnement, bien que d’un niveau comparable à la moyenne nationale, se sont dégradées par rapport aux années précédentes. Si les valeurs limites de rejet pour les effluents gazeux et liquides demeurent respectées et que le nombre d’événements significatifs liés à l’environnement est peu élevé, de nombreux écarts ont été constatés lors des contrôles menés en 2017 en lien avec la gestion du risque foudre et la gestion des déchets.

Principales étapes réglementaires

 Tranche 1

 Tranche 2

 tranche 3

 tranche 4

 Décret d'utilité publique

 27 juin 1977

 7 avril 1981

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

 4 décembre 1979

 7 octobre 1982

 Date de 1 ère divergence

 28 octobre 1982

 23 septembre 1983

 18 septembre 1986

 13 octobre 1987

 Autorisation d'utiliser du MOX

 21 juillet 1998

 21 juillet 1998

Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

 • liquides
 • gazeux

Décision n° 2015-DC-0527
Décision n° 2015-DC-0528

 Mise en service

 Lettres SIN n° 3697/89 du 01/12/89 et n° 1433/90 du 26/02/90

 Lettre SIN n° 3793 du 06/01/93

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018