Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire se trouve sur les communes de Belleville et de Sury-près-Léré, c'est à dire à la limite de trois départements : le Cher, le Loiret et la Nièvre.
L'INB comporte deux réacteurs du type REP d'une puissance de 1300 MWe (palier P'4). Le réacteur 1 constitue l'installation nucléaire de base 127. Le réacteur 2 constitue l'installation nucléaire de base 128.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

L'installation en bref

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire se trouve sur les communes de Belleville et de Sury-près-Léré, c'est à dire à la limite de trois départements : le Cher, le Loiret et la Nièvre.

L'INB comporte deux réacteurs du type REP d'une puissance de 1300 MWe (palier P'4). Le réacteur 1 constitue l'installation nucléaire de base 127. Le réacteur 2 constitue l'installation nucléaire de base 128.

Le site a été dimensionné pour la construction de deux réacteurs supplémentaires.

Appréciations 2020

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Belleville‑sur‑Loire rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur les centrales nucléaires d’EDF dans le domaine de la sûreté nucléaire et de la radioprotection. Les performances en matière d’environnement sont quant à elles en retrait par rapport à la moyenne nationale.

Sur le plan de la sûreté nucléaire, la surveillance renforcée réalisée par l’ASN de 2017 à 2019 a conduit l’exploitant à mettre en œuvre un plan d’action pour améliorer les performances du site dans la conduite des installations. L’ASN estime qu’en 2020, le site a retrouvé un niveau globalement satisfaisant sur ce volet et qu’il doit maintenir ce niveau d’exigence afin de pérenniser les améliorations constatées. Les inspections ont montré une bonne gestion des essais périodiques et une amélioration dans la surveillance des paramètres en salle de commande. Des progrès restent toutefois à accomplir dans le domaine de la détection des écarts.

Concernant la maintenance des installations, les performances de la centrale nucléaire doivent être améliorées, notamment au regard des événements fortuits induits par la réalisation d’opérations de maintenance au cours de la visite décennale du réacteur 1. Enfin, la maîtrise du risque lié à l’incendie n’est pas satisfaisante : de nombreux écarts ont en effet été constatés par l’ASN en inspection sur la gestion du risque d’incendie et deux départs de feu importants sont survenus sur le site en 2020.

Dans le domaine de la radioprotection, l’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Belleville‑sur‑Loire sont correctes. L’exploitant a maintenu un haut niveau d’exigence en matière de radioprotection pendant la crise sanitaire. Il apparaît néanmoins que la mise en œuvre des parades pour limiter l’exposition de certains intervenants aux rayonnements ionisants est insuffisante.

Dans le domaine de la protection de l’environnement, la gestion des déchets et la surveillance des rejets en conditions normales d’exploitation sont jugées satisfaisantes par l’ASN. En revanche, les contrôles menés en 2020 ont mis en évidence une gestion insuffisante du confinement des eaux d’extinction des incendies survenus sur le site. Plusieurs écarts ont par ailleurs été constatés par l’ASN concernant la prévention du risque lié aux légionnelles. Des engagements ont rapidement été pris par le site sur ce sujet.

En matière d’inspection du travail, dans le contexte de la pandémie de Covid‑19, différentes inspections documentaires et sur le terrain ont été effectuées sur la thématique de la gestion de la crise sanitaire, en particulier lors des activités d’étanchéification de la paroi de l’enceinte de confinement du réacteur 1. Les observations adressées à la centrale et aux entreprises sous‑traitantes ont conduit à des actions correctives. Des actions sont également attendues de la part de l’exploitant pour répondre aux constats effectués lors des inspections menées dans les bâtiments des diesels d’ultime secours (DUS) mis en exploitation en 2020. Enfin, une action de contrôle a été enclenchée concernant le détachement de salariés étrangers.

 Principales étapes réglementaires

Réacteur 1

Réacteur 2

 Décret d'utilité publique

22/11/1978

22/11/1978

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

15/09/1982 et 29/11/2004

15/09/1982

et 29/11/2004

 Date de 1ère divergence

09/09/1987

25/05/1988

 Autorisation d'utiliser du MOX

-

-

Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

 

 • liquides
 • gazeux

Décision n° 2014-DC-0413
Décision n° 2014-DC-0414

 Mise en service

 Lettre SIN n°2115/92 du 21/10/1992

Date de la dernière mise à jour : 27/05/2021