Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire se trouve sur les communes de Belleville et de Sury-près-Léré, c'est à dire à la limite de trois départements : le Cher, le Loiret et la Nièvre.
Il comporte deux tranches du type REP d'une puissance de 1300 MWe (palier P'4). La tranche 1 constitue l'installation nucléaire de base n°127. La tranche 2 constitue l'installation nucléaire de base n°128.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Installation contrôlée par

la division d'Orléans

L'installation en bref

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire se trouve sur les communes de Belleville et de Sury-près-Léré, c'est à dire à la limite de trois départements : le Cher, le Loiret et la Nièvre.

Il comporte deux tranches du type REP d'une puissance de 1300 MWe (palier P'4). La tranche 1 constitue l'installation nucléaire de base n°127. La tranche 2 constitue l'installation nucléaire de base n°128.

Le site a été dimensionné pour la construction de deux tranches supplémentaires.

Appréciations 2017

L’ASN considère que les performances de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF dans le domaine de la radioprotection mais que les performances en matière de sûreté et d’environnement sont en recul.

Dans le domaine de la sûreté, les événements significatifs ayant pour origine un manque de rigueur dans la conduite et la surveillance des installations restent nombreux et l’amélioration perceptible au premier semestre de l’année ne s’est pas confirmée. Au mois de septembre 2017, l’ASN a ainsi décidé de placer la centrale de Belleville-sur-Loire sous surveillance renforcée. Cette décision a d’une part été motivée par des défaillances répétées dans l’identification et l’analyse des conséquences des anomalies affectant certains équipements importants pour la sûreté. D’autre part, l’ASN a constaté l’état apparent dégradé de plusieurs matériels après des reports successifs d’opérations de maintenance. L’ASN contrôlera avec vigilance l’application du plan de rigueur mis en place par EDF.

Dans le domaine de l’environnement et malgré une appréciation positive en matière d’organisation, les écarts demeurent dans l’application des règles concernant le confinement liquide et de la maîtrise des installations de mesures des rejets. Des actions ont été engagées par la direction de la centrale pour pallier l’état dégradé de certaines installations pouvant générer un impact sur l’environnement ; elles doivent être poursuivies et maintenues dans le temps. Enfin, l’ASN a également constaté une recrudescence des rejets de fluides frigorigènes dans l’atmosphère ainsi que des écarts significatifs en matière de maîtrise du risque d’explosion et de protection contre la foudre.

Dans le domaine de la radioprotection, l’ASN note que des améliorations sont attendues concernant la maîtrise du risque de dispersion de la contamination en période d’arrêt de réacteur notamment.

 Principales étapes réglementaires

Tranche 1

Tranche 2

 Décret d'utilité publique

22/11/1978

22/11/1978

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

15/09/1982 et 29/11/2004

15/09/1982

et 29/11/2004

 Date de 1ère divergence

09/09/1987

25/05/1988

 Autorisation d'utiliser du MOX

-

-

Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

 

 • liquides
 • gazeux

Décision n° 2014-DC-0413
Décision n° 2014-DC-0414

 Mise en service

 Lettre SIN n°2115/92 du 21/10/1992

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018