Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire se trouve sur les communes de Belleville et de Sury-près-Léré, c'est à dire à la limite de trois départements : le Cher, le Loiret et la Nièvre.
L'INB comporte deux réacteurs du type REP d'une puissance de 1300 MWe (palier P'4). Le réacteur 1 constitue l'installation nucléaire de base 127. Le réacteur 2 constitue l'installation nucléaire de base 128.

Réacteurs de 1300 MWe - EDF

L'installation en bref

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire se trouve sur les communes de Belleville et de Sury-près-Léré, c'est à dire à la limite de trois départements : le Cher, le Loiret et la Nièvre.

L'INB comporte deux réacteurs du type REP d'une puissance de 1300 MWe (palier P'4). Le réacteur 1 constitue l'installation nucléaire de base 127. Le réacteur 2 constitue l'installation nucléaire de base 128.

Le site a été dimensionné pour la construction de deux réacteurs supplémentaires.

Appréciations 2018

L’ASN considère que les performances de la centrale de Belleville‑sur‑Loire rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF dans les domaines de la radioprotection et de l’environnement. Les performances en matière de sûreté restent en retrait, malgré les progrès notables qui ont été réalisés en 2018 et qui restent à consolider.

Dans le domaine de la sûreté, les événements significatifs ayant pour origine un manque de rigueur dans la conduite de l’installation restent nombreux et l’ASN ne constate que peu de progrès sur ce sujet, malgré les alertes des années précédentes. À titre d’exemple, EDF a déclaré un événement significatif de niveau 1 sur l’échelle INES du fait de la détection tardive d’un positionnement des grappes de commande du réacteur en dehors des limites fixées par le référentiel de sûreté de l’installation. L’ASN a cependant constaté une nette amélioration de l’état général des installations et de la détection des anomalies en 2018. Il convient toutefois de s’assurer que ces changements de culture soient intégrés par l’ensemble des services et s’ancrent dans le temps. En conséquence, l’ASN a décidé de maintenir le site sous surveillance renforcée. Cette situation est susceptible d’évoluer courant 2019 en fonction de la robustesse et de la pérennité des actions mises en place par l’exploitant pour améliorer ses résultats en conduite. Un suivi particulier du plan d’amélioration déployé par l’exploitant sur cette thématique sera réalisé par l’ASN en 2019.

Dans le domaine de la radioprotection, l’ASN souligne les efforts significatifs engagés par le site, bien que la maîtrise du risque de dispersion de la contamination en période d’arrêt de réacteur puisse être améliorée.

En matière d’environnement, les performances de la centrale de Belleville‑sur‑Loire sont d’un niveau comparable à la moyenne nationale et peuvent être encore améliorées. L’ASN tient cependant à souligner que des actions importantes d’amélioration ont été menées en 2018 comme la remise en état de plusieurs installations pouvant présenter des risques pour l’environnement (dont la station de déminéralisation).

 Principales étapes réglementaires

Réacteur 1

Réacteur 2

 Décret d'utilité publique

22/11/1978

22/11/1978

 Décret de création et décret(s) modificatif(s) éventuel(s)

15/09/1982 et 29/11/2004

15/09/1982

et 29/11/2004

 Date de 1ère divergence

09/09/1987

25/05/1988

 Autorisation d'utiliser du MOX

-

-

Décisions de l'ASN relatives aux prélèvements d'eau et au rejet des effluents

 

 • liquides
 • gazeux

Décision n° 2014-DC-0413
Décision n° 2014-DC-0414

 Mise en service

 Lettre SIN n°2115/92 du 21/10/1992

Date de la dernière mise à jour : 16/05/2019