Atelier des matériaux irradiés

L’Atelier des Matériaux Irradiés (AMI) qui constitue l’INB 94 a été mis en service en 1964. En appui au parc des centrales d’EDF, cette installation réalise des examens et des expertises de matériaux activés ou contaminés et de fluides des circuits des réacteurs. Elle est constituée d’un ensemble de laboratoires et dispose d’un entreposage de déchets anciens qui sont en cours d’évacuation depuis quelques années.

Utilisation de substances radioactives - EDF

L'installation en bref

L’Atelier des matériaux irradiés (AMI), déclaré et mis en service en 1964, est situé sur le site nucléaire de Chinon et exploité par EDF. Cette installation (INB 94), dont le fonctionnement a cessé, est en attente de démantèlement. Elle était destinée essentiellement à la réalisation d’examens et d’expertises sur des matériaux activés ou contaminés en provenance des réacteurs à eau sous pression.

Les activités d’expertise ont été complètement transférées en 2015 dans une nouvelle installation du site, le Laboratoire intégré du Ceidre (Lidec).

Appréciations 2020

L’ASN a achevé en 2020 son instruction du dossier de démantèlement et a rendu son avis sur le projet de décret de démantèlement début 2020. Le décret n° 2020-499 de démantèlement de l’AMI a été publié le 30 avril 2020 et son entrée en vigueur marquera le début de la phase de démantèlement de l’installation.

Dans la perspective du démantèlement de l’installation, les activités de l’AMI étaient essentiellement des opérations de surveillance et de préparation au démantèlement. L’année 2020 a été principalement marquée par la poursuite du traitement et de l’évacuation de déchets anciens et de divers équipements inutilisés. Ainsi, l’ensemble des déchets historiques des puits (hors déchets magnésiens) a été caractérisé et conditionné. Il n’y a par ailleurs plus de déchets liquides à traiter. Les déchets historiques magnésiens devraient, pour leur part, être conditionnés début 2021.

La grande majorité des chantiers ont été arrêtés de mi‑mars à début juin 2020, du fait de la crise sanitaire. Pendant cette période, seules les activités essentielles (notamment les contrôles et essais périodiques) ont été maintenues. Les activités non essentielles ont progressivement repris pour revenir à un régime normal d’activité en septembre 2020.

L’ASN estime que la gestion des fonctions supports, et en particulier des alimentations électriques, est satisfaisante. Une vigilance particulière doit toutefois être portée au bon fonctionnement de la ventilation et à la recherche des causes des défaillances rencontrées. À titre d’exemple, des améliorations sont attendues concernant le suivi des valeurs de dépressions relevées et les tests d’efficacité des filtres dits « de très haute efficacité ».

L’exploitant doit par ailleurs assurer une meilleure déclinaison de certaines dispositions réglementaires, notamment en matière de gestion des déchets ou de leur conditionnement.

Date de la dernière mise à jour : 27/05/2021