Centre-Val de Loire

NOUS CONTACTER

Division d'Orléans
6, rue Charles de Coulomb
45077 Orléans cedex 2
Tél. : +33 (0)2 36 17 43 90
Fax : +33 (0)2 38 66 95 45
orleans.asn@asn.fr

La division d’Orléans contrôle la sûreté nucléaire, la radioprotection et le transport de substances radioactives  dans les 6 départements de la région Centre-Val de Loire.

L'année 2017 en chiffres

En 2017, l’ASN a réalisé 130 inspections dans les domaines de la sûreté nucléaire et de la radioprotection : 98 inspections des installations nucléaires des sites EDF de Belleville-sur-Loire, Chinon, Dampierre-en-Burly et Saint-Laurent-des-Eaux, et 32 inspections dans le nucléaire de proximité en région Centre-Val de Loire.

L’ASN a assuré par ailleurs 71 journées d’inspection du travail dans les centrales.

En 2017, 8 événements significatifs de niveau 1 sur l’échelle INES ont été déclarés par les exploitants des installations nucléaires EDF de la région Centre-Val de Loire. Dans le domaine du nucléaire de proximité, 8 événements de niveau 1 et un événement de niveau 2 sur l’échelle ASN-SFRO ont été déclarés dans la région Centre-Val de Loire.

S’appuyant sur les inspections menées par la division d’Orléans, les inspecteurs de l’ASN ont dressé un procès-verbal, qui a été remis au procureur de la République compétent.

Les installations contrôlées en région Centre-Val de Loire

Carte

CENTRE-VAL DE LOIRE

Éviter la carte

Fil d'actualités

Voir toutes les actualités

Le parc d’installations et d’activités à contrôler comporte :

  • des installations nucléaires de base :
    • la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (2 réacteurs de 1 300 MWe) ;
    • la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (4 réacteurs de 900 MWe) ;
    • le site de Saint-Laurent-des-Eaux : la centrale nucléaire (2 réacteurs  de 900 MWe) en exploitation, ainsi que les 2 réacteurs en démantèlement de la filière uranium naturel-graphite-gaz (UNGG)  et les silos d’entreposage  de chemises graphite irradiées ;
    • le site de Chinon : la centrale nucléaire (4 réacteurs  de 900 MWe) en exploitation,  ainsi que les 3 réacteurs UNGG  en démantèlement, l’Atelier  des matériaux irradiés (AMI)  et le Magasin interrégional  de combustible neuf (MIR) ;
  • des activités nucléaires de proximité du domaine médical :
    • 8 services de radiothérapie externe ;
    • 3 services de curiethérapie ;
    • 10 services de médecine nucléaire ;
    • 35 services mettant en œuvre des pratiques interventionnelles radioguidées ;
    • 43 scanners ;
    • environ 2 700 appareils de radiologie médicale et dentaire ;
    • des activités nucléaires de proximité du domaine industriel et de la recherche : 10 sociétés de radiographie industrielle dont 4 prestataires en gammagraphie, environ 330 équipements industriels, vétérinaires et de recherche.

Détails sur les sites :

Site de Chinon

Le site de Chinon, situé sur le territoire de la commune d'Avoine dans le département d'Indre-et-Loire, en rive gauche de la Loire, comporte différentes installations nucléaires, certaines en exploitation, d’autres à l’arrêt ou en cours de démantèlement. Au sud du site, La centrale de Chinon B comporte quatre réacteurs en fonctionnement. Au nord sont implantés trois anciens réacteurs aujourd’hui à l’arrêt appartenant à la filière UNGG (Uranium naturel, graphite, gaz), dénommés A1, A2 et A3 et une installation d’expertise des matériaux activés ou contaminés, l’Atelier des matériaux irradiés (AMI), dont les activités d’expertise ont cessé et ont été complètement transférées vers un nouveau laboratoire appelé LIDEC, et le Magasin interrégional de combustible neuf (MIR).

Site de Saint-Laurent-des-Eaux

Le site de la centrale est situé sur le territoire de la commune de St- Laurent Nouan sur le département du Loir et Cher en bordure de la rive gauche de la Loire. Il se trouve approximativement à mi-distance entre Orléans (à 32 km au nord-est) et Blois (à 24 km au sud-ouest).
Le site comporte 2 tranches du type REP d'une puissance de 900 MWe (palier CP2). Les tranches 1 et 2 constituent l'installation nucléaire de base n° 100.
Le site comprend aussi les installations à l'arrêt et en cours de démantèlement de deux réacteurs de la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz).

Voir aussi :

Utilisations médicales

La médecine fait appel, tant pour le diagnostic que pour la thérapie, à diverses sources de rayonnements ionisants qui sont produits soit par des générateurs électriques, soit par des radionucléides. Les installations dans ce domaine sont nombreuses et diversifiées.

Autres activités industrielles

L’industrie utilise des sources de rayonnements ionisants dans une grande variété d’applications et de lieux d’utilisation. Ces rayonnements sont produits soit par des radioéléments en sources scellées ou non, soit par des générateurs électriques. L’industrie a également recours à des installations nucléaires non directement liées à l’industrie électronucléaire destinées par exemple à la production de radio-pharmaceutiques, au traitement et au conditionnement de déchets de faible activité ou encore à assurer des activités de maintenance nucléaire.

Transports de substances radioactives

Une grande partie (85%) des colis de substances radioactives qui circulent en France sont constitués de radio-isotopes destinés à un usage médical, pharmaceutique ou industriel. Ces colis sont très divers. Leur radioactivité varie sur plus de douze ordres de grandeur, soit de quelques milliers de becquerels (colis pharmaceutiques) à des millions de milliards de becquerels (combustibles irradiés), et leur masse de quelques kilogrammes à une centaine de tonnes.

Les CLI de votre région

Les CLI ont une mission générale de suivi, d’information et de concertation en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d’impact des activités nucléaires sur les personnes et l’environnement pour ce qui concerne les installations du site ou des sites qui les concernent.

Date de la dernière mise à jour : 13/04/2018