Auvergne-Rhône-Alpes

La division de Lyon contrôle la sûreté nucléaire, la radioprotection et le transport de substances radioactives dans les 12 départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les installations contrôlées par l'ASN en Auvergne-Rhône-Alpes

Inspections de l'ASN en 2021

209

Installations nucléaires

104

Nucléaire de proximité

15

Transport de substances radioactives

Événements significatifs classés sur l'échelle INES en 2021

22

Installations nucléaires

5

Nucléaire de proximité

L’actualité de l’asn dans votre région

Publié le 23/06/2022 à 10:30

Région Auvergne-Rhône-Alpes : sûreté nucléaire et radioprotection en 2021

À l’occasion de la parution du Rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2021, la division territoriale de Lyon de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2021 en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Publié le 02/06/2021 à 11:30

Auvergne-Rhône-Alpes : bilan 2020

A l’occasion de la parution du Rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, la division territoriale de Lyon de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2020 en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Publié le 22/06/2020 à 10:30

Auvergne-Rhône-Alpes : le niveau reste globalement satisfaisant

A l’occasion de la parution du rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur l’état de sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, la division territoriale de Lyon de l’ASN présente les conclusions des actions de contrôle qu’elle a menées tout au long de l’année 2019 en région Auvergne-Rhône-Alpes.
Voir toutes les actualités de votre région

Le parc d’activités et d’installations à contrôler comporte  :

  • 4 centrales nucléaires exploitées  par EDF :
    • Bugey (4 réacteurs de 900 MWe) ;
    • Saint-Alban/Saint-Maurice (2 réacteurs de 1 300 MWe) ;
    • Cruas-Meysse (4 réacteurs  de 900 MWe) ;
    • Tricastin (4 réacteurs de 900 MWe) ;
  • les usines de fabrication de combustibles nucléaires exploitées par Framatome à Romans‑sur‑Isère ;
  • les usines du « cycle du combustible nucléaire » exploitées par Orano sur la plateforme industrielle du Tricastin ;
  • la Base chaude opérationnelle du Tricastin (BCOT) exploitée par EDF ;
  • le Réacteur à haut flux (RHF) exploité par l’Institut Laue‑Langevin à Grenoble ;
  • l’Installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (Iceda) sur le site nucléaire du Bugey et le Magasin interrégional (MIR) de combustible du Bugey, exploités par EDF ;
  • le réacteur 1 en démantèlement de la centrale nucléaire du Bugey, exploité par EDF ;
  • le réacteur Superphénix en démantèlement à Creys‑Malville, exploité par EDF, ainsi que ses installations annexes ;
  • l’irradiateur Ionisos à Dagneux ;
  • la Station de traitement des effluents et des déchets solides et l’entreposage de décroissance (STED) du CEA à Grenoble, en attente de déclassement à la suite de son démantèlement ;
  • le centre de recherche international du CERN, situé à la frontière entre la Suisse et la France ;
  • Des activités nucléaires de proximité du domaine médical :
    • 22 services de radiothérapie externe ;
    • 6 services de curiethérapie ;
    • 23 services de médecine nucléaire ;
    • environ 121 établissements mettant en œuvre des pratiques interventionnelles radioguidées ;
    • environ 154 scanners au sein de 115 établissements ;
    • environ 10 000 appareils de radiologie médicale et dentaire ;
  • des activités nucléaires de proximité du domaine industriel et de la recherche :
    • un synchrotron ;
    • environ 700 structures vétérinaires (cabinets ou cliniques) ;
    • environ 35 agences de radiologie industrielle ;
    • environ 600 utilisateurs d’équipements industriels ;
    • environ 70 unités de recherche ;
  • des activités liées au transport de substances radioactives ;
  • des laboratoires et organismes agréés par l’ASN :
    •  3 organismes et 7 agences pour le contrôle de la radioprotection.

Détails sur les sites

Détails sur les sites :

Site Orano du Tricastin

La plate-forme nucléaire Orano Cycle du Tricastin est un site nucléaire spécialisé dans la conversion et l’enrichissement de l’uranium. Il est piloté par une Direction unique, chargée entre autres d’harmoniser les démarches de sûreté, de sécurité, de santé et d’environnement.

Centre CEA de Grenoble

Créé en 1956, le centre CEA de Grenoble est l'un des centres civils du Commissariat à l'énergie atomique.
Depuis janvier 2001, ce centre s'est engagé dans un plan d'assainissement et de démantèlement de ses installations nucléaires. Ce projet, intitulé Passage, durera une quinzaine d'années. Le dernier démantèlement est en effet prévu en 2015.

CERN

Le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, a pour vocation la physique fondamentale. Fondé en 1954, le Centre Européen pour la Recherche Nucléaire.CERN est situé de part et d’autre de la frontière franco-suisse, près de Genève. Il compte aujourd’hui vingt États membres. Le CERN utilise des accélérateurs et des détecteurs de particules. Les accélérateurs qu’utilise le CERN sont susceptibles de présenter des enjeux similaires à ceux des installations nucléaires, notamment en matière de sûreté et de radioprotection.

Voir aussi

Utilisations médicales

La médecine fait appel, tant pour le diagnostic que pour la thérapie, à diverses sources de rayonnements ionisants qui sont produits soit par des générateurs électriques, soit par des radionucléides. Les installations dans ce domaine sont nombreuses et diversifiées.

Autres activités industrielles

L’industrie utilise des sources de rayonnements ionisants dans une grande variété d’applications et de lieux d’utilisation. Ces rayonnements sont produits soit par des radioéléments en sources scellées ou non, soit par des générateurs électriques. L’industrie a également recours à des installations nucléaires non directement liées à l’industrie électronucléaire destinées par exemple à la production de radio-pharmaceutiques, au traitement et au conditionnement de déchets de faible activité ou encore à assurer des activités de maintenance nucléaire.

Transports de substances radioactives

Une grande partie (85%) des colis de substances radioactives qui circulent en France sont constitués de radio-isotopes destinés à un usage médical, pharmaceutique ou industriel. Ces colis sont très divers. Leur radioactivité varie sur plus de douze ordres de grandeur, soit de quelques milliers de becquerels (colis pharmaceutiques) à des millions de milliards de becquerels (combustibles irradiés), et leur masse de quelques kilogrammes à une centaine de tonnes.

Inspection du travail dans les centrales nucléaires de la région Auvergne‑Rhône‑Alpes

Vingt‑huit inspections ont été menées au cours de l’année 2018 au titre de l’inspection du travail, auxquelles s’ajoutent vingt‑cinq journées de présence dans les centrales nucléaires de la région, dans le cadre de réunions, de rencontres des salariés et représentants du personnel et de participations aux réunions des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Les CLI de votre région

Les CLI ont une mission générale de suivi, d’information et de concertation en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d’impact des activités nucléaires sur les personnes et l’environnement pour ce qui concerne les installations du site ou des sites qui les concernent.