L’ASN a participé à la réunion plénière de l’INRA

Publié le 10/05/2022 à 16:27

Note d'information

Les 3 et 4 mai 2022, l’association INRA, qui regroupe les responsables de neuf autorités de sûreté nucléaire, a organisé sa 49e réunion plénière à Sendai, au Japon. Cette réunion, sous présidence japonaise, a été l’occasion pour les membres d’INRA d’échanger sur l’actualité, les sujets d’intérêt commun et les enjeux en matière de sûreté nucléaire.

©ASN/Toyoshi Fuketa (NRA) et Bernard Doroszczuk (ASN) à la 49e réunion de l'INRA

Les membres d’INRA* ont notamment partagé leurs expériences en matière de transformation interne et d’initiatives pour renforcer l’efficacité de leurs actions, améliorer leurs cadres réglementaires et s’adapter aux enjeux à venir. Parmi ceux-là, le changement climatique et ses répercussions possibles sur les politiques énergétiques des États, ont été discutés. En particulier, l’intérêt croissant de nombreux acteurs de la filière nucléaire pour la technologie des petits réacteurs modulaires (les SMR) a été souligné. Les membres d’INRA ont ainsi discuté de leurs activités en cours ou à venir dans ce domaine. La question de la durée d’exploitation des centrales nucléaires a également été abordée, de même que les conditions de gestion à long terme des déchets nucléaires et du traitement des combustibles usés.

Parmi les autres sujets traités, l’autorité de sûreté nucléaire japonaise a présenté l’état d’avancement de l’instruction du dossier des rejets d’eau tritiée en mer, actuellement stockée sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi, et qui fait l’objet d’une mission d’évaluation de l’AIEA.

Bernard Doroszczuk a, notamment, mis en avant les enjeux en matière de construction de nouvelles installations, de développement de nouveaux concepts de réacteur, de poursuite d’exploitation des réacteurs au-delà de 50 ans, voire 60 ans, et des décisions politiques importantes à prendre à court et moyen termes. Il a par ailleurs mentionné l’importance de l’anticipation et du maintien des marges pour la sûreté ainsi que le besoin de mettre en place une politique cohérente et de long terme en matière de gestion des déchets radioactifs.

La présidence d’INRA a été confiée, pour une durée d’une année, à Rumina Velshi, présidente de la CCSN, l’autorité de sûreté nucléaire du Canada.

Cette réunion a été l’occasion d’une visite de plusieurs sites nucléaires, dont l’usine de fabrication et de retraitement du combustible usé, située à Rokkasho, et la centrale nucléaire d’Onagawa, pour laquelle des travaux importants de génie civil sont en cours pour la protéger contre les risques d’inondation dus aux raz-de-marée.


*INRA (International Nuclear Regulators Association) regroupe les responsables de neuf autorités de sûreté nucléaire : ASN (France), BMUV (Allemagne), CCSN (Canada), CSN (Espagne), NRA (Japon), NRC (États-Unis), NSSC (Corée du Sud), ONR (Royaume-Uni) et SSM (Suède).

 

Date de la dernière mise à jour : 17/05/2022